Bâtir un monde plus juste, brique par brique

« Le développement international, c’est contribuer brique par brique à changer le monde, afin de réduire les injustices. »

Je m’appelle Maxime Allard. C’est lors d’un stage effectué avec Mer et Monde au Sénégal, dans le cadre de mes études en sciences de la nature au collège Édouard-Montpetit à Longueuil, que j’ai eu la piqûre de l’international. Le début d’une aventure qui, jusqu’à maintenant, ne s’est jamais arrêtée…

J’ai continué mes études en effectuant un baccalauréat en études internationales à l’Université de Montréal. Puis, un fort désir de retourner sur le terrain s’est à nouveau fait sentir. Cette fois-ci, j’ai pris une année sabbatique et mon sac à dos : direction l’Afrique. En Tunisie, je me suis inscrit à un cours d’arabe intensif, puis je suis allé en Égypte. À partir de ce pays, je me suis rendu en Afrique de l’Ouest, plus précisément au Togo, où, pendant quatre mois, j’ai travaillé pour l’ONG Force humanitaire de lutte contre la pauvreté. Par la suite, j’ai fait à vélo un tour d’Afrique (avec l’agence du même nom !), ce qui m’a mené jusqu’en Afrique du sud..

Pourquoi j’ai choisi de m’engager à l’international? Le désir de redonner à la communauté; le souhait de créer un monde meilleur.

Mon engagement avec Oxfam-Québec

Un jour, une personne travaillant pour la collecte de fonds d’Oxfam-Québec est venue frapper à ma porte. Étudiant, à l’époque, et revenant de mon année en Afrique, je n’avais pas beaucoup d’argent et je ne pouvais contribuer, mais je lui ai proposé de me parler des actions d’Oxfam-Québec dans le monde. Très intéressé par la mission d’Oxfam, après son départ, je suis allé sur le site de l’ONG et j’ai vu qu’un poste comme accompagnateur était ouvert pour le programme Québec sans frontières (QSF) au Togo. Je me suis inscrit et j’ai été sélectionné.

Cette première expérience avec Oxfam-Québec s’est par la suite poursuivie en Palestine. Pendant un peu plus de dix mois, comme Conseiller en développement et gestion, j’ai aidé la représentante d’Oxfam-Québec en Palestine à gérer le bureau, les projets et les partenariats, dont certains ont commencé il y a plus de 15 ans.

Je veux continuer ma carrière dans le domaine de la coopération. Ce n’est pas une parenthèse, mais un cheminement… qui se poursuit…

Maxime Allard