La coopération internationale : une voie qui se mêle à mes aspirations

« Le développement international, c’est une construction commune, un partage de connaissances, de compétences et d’expériences avec les partenaires. C’est un apprentissage constant. C’est un très beau travail. »

Je m’appelle Julie Potvin Lajoie. Mon intérêt pour la coopération internationale a commencé très tôt. Depuis l’enfance, je suis fascinée par les civilisations précolombiennes et la culture des sociétés latino-américaines. Très jeune je me voyais y travailler. Plus tard, je me suis inscrite en sciences humaines, option ouverture sur le monde, au Cégep de Jonquière. C’est lorsque j’ai entrepris un bac en études internationales à l’université Laval à Québec que j’ai pu me confirmer que je voulais absolument travailler dans le milieu de la coopération. En fait, mon désir de m’impliquer à l’international s’est développé avec le temps… jusqu’à ressentir aujourd’hui le sentiment d’être à la bonne place.

Tout d’abord, je suis allée sur le terrain réaliser mes rêves d’enfant au Pérou avec le Club 2/3, au Guatemala et en Bolivie avec le CECI puis, au Honduras avec Oxfam-Québec où, comme conseillère en développement et gestion, j’ai, entre autres, réalisé l’accompagnement d’un projet jeunesse en art social.

S’impliquer à l’international, c’est choisir la cause pour laquelle on veut s’engager. Dans un premier temps, cela peut être intéressant de donner quelques heures de bénévolat à des organismes dont la cause nous fait vibrer. C’est une manière d’affiner notre désir, notre motivation. Et, après, on se lance !

Je veux continuer à travailler dans le développement international. Je considère être privilégiée de travailler pour des ONG dont l’objectif est de réduire les inégalités dans le monde. Ce que l’on fait à l’étranger mais aussi à partir du Canada est tellement important. On partage un même monde, et c’est notre devoir de continuer de bien le construire, ensemble !

Julie Potvin Lajoie