André Sauvé

André Sauvé : un ambassadeur passionné

« J’ai souvent, face aux grands enjeux de la planète, un sentiment d’impuissance. Les chiffres aberrants qu’on entend ont parfois l’effet de me glacer et deviennent presque abstraits par leur démesure. Le seul antidote que j’ai trouvé, pour contrer ce sentiment d’impuissance a été de poser des actions concrètes.
Souvent, l’aide qu’on apporte peut sembler abstraite pour celui qui donne de ce côté-ci de l’hémisphère. Mais j’ai eu la chance de me rendre au Burkina Faso pour visiter les projets d’Oxfam-Québec. J’y suis allé avec un cœur ouvert à la réalité parfois difficile qui m’entourait. Un peu comme une plaque photographique sur laquelle se déposaient, jour après jour, des impressions. Les images qui s’y sont imprimées ont été celles d’un peuple déterminé, animé d’une ferme volonté à se prendre en main et à s’en sortir. J’ai pu constater les actions concrètes sur le terrain. Des actions non seulement ingénieuses, mais efficaces. J’en suis revenu, non pas attristé par la misère que j’ai pu y côtoyer, mais plutôt rempli d’espoir avec l’intention de continuer à m’engager. » André Sauvé

André Sauvé se joint à l’équipe d’Oxfam-Québec en mai 2011, en tant que porte-parole de la Marche 2/3.
Assez rapidement, André accepte de devenir ambassadeur bénévole d’Oxfam-Québec et se rend au Burkina Faso pour découvrir le travail de nos coopérantes et coopérants volontaires auprès de nos organisations partenaires.

Depuis 2011, André Sauvé offre généreusement son temps et son énergie pour mettre de l’avant le travail d’Oxfam-Québec. Témoignages dans les médias, juge au Concours de jouets fabriqués à partir de matériaux récupérés, acteur de nos campagnes de visibilités, animateur et maitre de cérémonie de notre Gala Drôlement Bénéfique et idéateur et mentor d’un nouveau projet : AZIMUT.

Né d’un rêve bien concret d’André Sauvé, le projet AZIMUT a pris naissance en 2014. Il s’adresse à des jeunes du secondaire – ils sont 10 pour la première année – aux prises avec un problème de décrochage scolaire. Les participantes et les participants auront suivi de nombreux ateliers et des cours, organisé des événements de collecte de fonds et vécu un stage de deux semaines auprès de nos partenaires en Bolivie.