Trépied : une approche novatrice pour des changements durables – Découvrez ce projet porteur!

Théodore Diao arrose une parcelle d’un périmètre maraîcher, mis en place par le Projet Eau dans le bassin de la Haute Comoé (PEHC). Ce grand projet a pour but d’améliorer significativement la qualité de vie des populations bénéficiaires en favorisant l’accès à l’eau (pour boire et pour produire), l’assainissement et la microfinance, avec l’utilisation de l’art social pour sensibiliser les populations. Au périmètre maraîcher de Serefedougou, les bénéficiaires cultivent des tomates, des aubergines, du chou et des piments. Théodore et son père viennent tous les soirs y prendre soin des jeunes pousses.

Oxfam-Québec et ONE DROP poursuivent leur partenariat dans la consolidation du projet Eau dans le bassin de la Haute Comoé (PEHC) mené au Burkina Faso. Ce projet améliore les conditions de vie des populations en leur donnant accès à l’eau potable, à de meilleures pratiques d’hygiène et à des ressources financières.

Contexte

Au Burkina Faso, la détérioration de l’environnement et le cycle de la pauvreté constituent des enjeux majeurs pour les Burkinabés. L’accès à l’eau potable pose particulièrement problème, surtout en raison des changements climatiques, qui causent entre autres des sécheresses importantes.

Même si les premières phases du projet nous ont permis d’atteindre nos objectifs, quelques défis demeurent pour assurer la durabilité du travail accompli. Augmentation du coût de la vie, vagues importantes de sécheresses ainsi que l’épidémie d’Ebola en sont quelques exemples.

Le projet PEHC et l’approche Trépied

Novatrice et unique en matière de développement durable, l’approche trépied se base sur l’art social et s’inscrit dans un modèle d’intervention en 3 temps (appelé ABC). Le volet A favorise l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement aux populations vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes. Le volet B vise à changer les comportements des ces personnes en matière d’eau, d’hygiène et assainissement. Le volet C, finalement, permet aux organisations locales de femmes et de jeunes de générer des revenus accrus, grâce à un meilleur accès à l’eau potable et à la microfinance.

À terme, la phase de consolidation du projet PEHC aura permis, entre autres, le forage de 15 puits, la construction de 12 latrines, la formation technique de partenaires locaux dans la maintenance, la gestion et le bon usage de l’eau potable. Un festival d’art social aura aussi été organisé et des entreprises dans le domaine de l’eau auront été créées.

Durée du projet : De mars 2015 à février 2017
Lieu : Bassin de la Haute Comoé, dans la ville de Banfora au Burkina Faso
Champs d’expertise :
– Sécurité alimentaire et développement agricole
– Eau potable, hygiène et assainissement
– Développement économique des femmes
Partenaires :
– Association Munyu des femmes de la Comoé (AFC/Munyu)
– Association Wouol de Bérégadougou (AWB)
– Union provinciale des producteurs de fruits et légumes de la Comoé (UPPFL/CO)
– Espace culturel Gambidi (ECG)
– L’IRC
– Les cinq communes
– Réseau des caisses populaires du Burkina Faso (RCPB)
Bailleur : ONE DROP