March 2012

  • The survival skills that bond victims of human trafficking in Cambodia

     

    I wish to speak to you about Oxfam Québec’s actions with its partners in Cambodia.  This week, we had the pleasure of being joined by Mary Prum, country representative, as well as Sotheary (Terri) Ly, Executive Director of the Healthcare Center for Children (HCC), and Pheakdey Khin from Riverkids Cambodia, the latter two being partners of Oxfam. Unfortunately, Terri and Pheakdey arrived 2 days later than planned as their connection through Addis-Abeba was cancelled and their next flight was only leaving 2 days later. Their arrival was applauded by everyone on Wednesday, happy to see they had finally arrived.

    Pheakdey Khin and Sotheary Ly, both OQ partners and Mary Prum, country representative, Vietnam
    Pheakdey Khin, from Riverkids Cambodia
    Sotheary (Terri) Ly, from Healthcare Center for Children

     

    Terri’s personal story is quite interesting.  Born in Cambodia, Terri’s family decided to move to Australia when she was 16 years old. She stayed there for 10 years and completed her bachelor in Accounting as well as a master’s in International Development. At 26, she decided to come back to Cambodia to volunteer for Healthcare Center for Children (HCC), an organization dedicated to help the children victims (or at risk) of human trafficking, sexual violence or labour exploitation.

    Terri joins the organization at a critical moment in its history.  Funds are lacking, donors have ceased to contribute and the organization suffers from poor management as well as a lack of succession for the Executive Director position. After only a month in her initial position, Terri is asked to take on the acting Executive Director role.  She is quickly confirmed in the position and at 26, becomes the Executive Director of HCC.  She makes it her personal mission to overturn and restore the organization and its reputation.

    During her first 6 months in the position, she proceeds with stakeholder consultations, reviews the policies and restores the governing Board.  She even uses her own money to buy food for the kids and collects some more from her friends. A few months later, she welcomes with great joy her first donation in the amount of $6,000.

    In 2007, after 2 years as the Executive Director of the organization, Terri has a staff of 50 employees and a budget of half a million dollars!  The donors and lenders have seen the changes implemented and have decided to invest in the organization for the long term.

     At the present time, Healthcare Center for Children manages 2 programs:

    1) The prevention of human trafficking

    In Cambodia, many young girls leave their village because of poverty.  They are lured by someone in their community promising them high-paying jobs in the city of Phnom Penh.  These smugglers give money to the parents who are unsuspecting and feel they’re helping their daughter to get out of poverty.  During their transit to the city, these young girls become vulnerable and some are even sold to brothel owners.  They are sometimes forced to prostitute themselves at 15-16 years old, some as young as at 13.

    Others are forced to follow the smugglers through mountains and illegally cross the border toThailand where they are promised high-paying jobs in restaurants.  It’s only when they arrive that they realize that they must work in karaoke bars where they also have to prostitute themselves (brothels having been closed by the government).  Even if they were to flee, culturally, they feel ‘soiled’ because of the sexual nature of their work and hence they don’t dare return home to their family and their community for fear of being stigmatized.

    In order to counter these risks, HCC conducts the following activities:

    • Community network creation and awareness-building – so that young girls can be informed of the risks
    • Health education (HIV/AIDS prevention, use of water filters)
    • Scholarships for 3rd to 8th grade kids
    • Income-generating activities – by giving capital and monetary loans and by supporting self-help groups for farming technical school

    2) The protection of children and young girls from sexual exploitation

    HCC operates a shelter for young girls who are victims of sexual abuse, due to human trafficking or to being raped in their own villages.  HCC welcomes 100 girls per year, sometimes as young as 6-8 years old.  At the shelter, they receive medical care and psychological rehabilitation. On average, they stay one year at the shelter, during which they can also benefit from vocational skills training meant to help them find a job or a volunteer opportunity to develop their skills.

    Before they leave the shelter, a complete assessment of the families is conducted to ensure the village is safe for them.  If it is determined it isn’t, the young girls will be sent to another family member in another village where their security is ensured.

    I ask Terri where she gets her determination, despite the problems that she faced when she initially joined HCC.  She decides to tell me the story of a 13-year old girl who had come to the shelter after repeated sexual abuses and who had tried to commit suicide 3 times.

    At the shelter, that young girl received health care, psychological counselling and training services.  After a long discussion with Terri, a special bond was formed between them, Terri treating her like a sister. Throughout the following weeks, Terri saw her behaviour change. Her school performance dramatically improved, and she became one of the best students in her class. Within one year, she was holding the position of President of the Children’s Committee at the shelter. Terri mentions that this young girl, as well as all the ones at the shelter, really inspire her and show her, by their actions, that she, herself, is doing the right thing with HCC.

    When Terri asked them what they wanted to be when they grow up , many of them told her that they wanted to be like her.  She has become a role model for them, a mentor, and there’s absolutely nothing more she would want.

    At the end of our interview, Terri highlights the importance of the close partnership she has with Oxfam Quebec, and particularly with Mary, the country representative for Oxfam Quebec in Cambodia.

    Mary Prum, country representative for OQ in Cambodia

     

    I immediately understand why when I hear about Mary's atypical and inspiring story. When Mary was 5 years old, her parents left Cambodia during the conflict. They headed off to a refugee camp near the border of Thailand and Cambodia where they lived for 2 years until a family from Maniwaki, in Quebec, sponsored them to come to Canada and welcomed them in January, during a snow storm!  Mary will remember all her life this vision of herself arriving in shorts and T-shirts, with strangers giving her warm clothes and seeing these white balls falling from the sky.

    A short while after their arrival, her father sponsored her grand-mother and a few other members of her family. Mary grew up within the khmer tradition in Quebec in the 1980s, where there were few immigrants. At school, she was unfortunately the victim of discrimination from children, but her determination and perseverance got her through the next few years. Mary completed a bachelor’s degree in Industrial Relations at the University of Montreal.

    After her studies, she decided to make a personal trip to Cambodia to go back to her roots – she completely fell under the charm of her native country. Her visits in the villages touched her and she saw many children who didn’t have much but appreciated what they had and seemed joyful and happy.

    She came back home promising herself to go back to work in the field of International Development.  Determined and organized, she established a solid 5-year plan during which she wanted to acquire professional experience that would serve her later in Cambodia.  After these 5 years, she was hired by Oxfam Québec in Cambodia as an advisor – networking program and mobilisation against human trafficking.  One year later, she became country representative.

    Mary tells me several stories of human trafficking.  One of them is about a group of six 15-to 17 years old girls victims of human trafficking, who were transported illegally by truck to Thailand, forced to work in a karaoke bar and to provide sexual favours to clients.  They did not dare try to escape as the owner was threatening them, and they feared the police because of their illegal status.  What kept them going was the tie that bound them and the way they supported each other during these times.

    Despite their vulnerability, they also demonstrated strength and determination.  One night, one of them was able to escape and call her mother. She told her mother everything and where she thought she was.  Her mother immediately called Healthcare Center for Children who, through their connections with Thai NGOs, were able to locate them and bring them home. The owner and the guards were arrested and imprisoned. The girls were sent to the shelter in Cambodia in order to start their rehabilitation. Some of the girls, now accustomed to their new life, and having lost hope, didn’t want to stay at the shelter.  They got used to being taken advantage of, had lost all self-esteem and felt ‘soiled’ by the sexual violence that they endured.  It is only through time and counselling that they would be able to get better and return in their families.

    Mary wishes that we all realize that human trafficking is happening everywhere in the world. We have to change attitudes and beliefs around women’s condition inCambodia. A Cambodian proverb says that a boy is like gold, whereas a girl is like a white cloth. When we mix the two in mud, we can always wash the gold again and it will keep its quality.  However, the white cloth will be forever soiled. Too much importance is given to a girl’s virginity, and families often try to protect girls by keeping them close.  This translates into an undue pressure on these young girls who know that losing their virginity means shame to the whole family.

    It is easy for us, North Americans, to try to ignore human trafficking as we don’t see it with our own eyes and it is kept secret in several countries.  However, that doesn’t diminish the pain experienced by victims. To my astonishment, she tells me that human trafficking is the second income-generator in the world, after weapon-trafficking and right before drug trafficking. I am shocked…  The money received from donors allows Oxfam and its partners to take many actions in these countries but it doesn’t relieve us of our responsibility to keep ourselves informed.

    At the end of the interview, Mary mentions that the partnership with HCC and Terri is key. Oxfam Quebec’s approach is successful because it is based on empowering and reinforcing local partner’s capacities and being true partners, hand in hand, with them.  The partners appreciate that Oxfam is there in person and helps them grow and become autonomous and accountable to their beneficiaries.  

    As Julie also told me in Vietnam, Mary says that beyond being able to speak the local language, her being Cambodian helps a lot with the partners because she understands and respects the culture.  The trust can be established quickly and Mary can be there to support them and help them lead their organization.

    After a day spent with the Cambodia team, I understand the fundamental values and the resilience I have often noticed of Cambodians.  I am moved by the way Terri, Mary and Pheakdey have decided to serve their compatriots. Being a mother of 3 girls, I also think of the abuse that these young girls have suffered and I can’t help but feel my heart break…

    I thank Oxfam and its partners for their work and the difference they make in the field, while staying true to their values of solidarity, responsibility, respect, knowledge-sharing, coherence and innovation. Thank you!

     

    P.S. Thanks to Mireille Letellier for translation services.

     

     

  • Le potentiel de changement apporté par les jeunes au Bénin

     

    Nous entamons notre journée du vendredi en sachant qu’il s’agit de notre dernière journée ensemble. Nous travaillons à l’élaboration d’un plan d’action intégrant toutes les notions, stratégies et tactiques discutées. Nous réalisons qu’il ne s’agit que d’un premier jet et que le tout devra être finalisé lors du retour des participants dans leurs pays respectifs, mais cela permet de concrétiser tous les exercices faits au cours de la semaine.

    Avant de quitter, plusieurs tiennent à dire quelques mots aux membres du groupe. Nous passons une bonne heure à entendre chacun décrire ce que cette semaine a signifié pour eux, comment ils en ressortent inspirés et souhaitent former une ‘communauté de pratique’ afin de partager les approches et les pratiques et se renforcer mutuellement. L’émotion est palpable dans la salle et je sens que ces gens venus de partout, viennent de nouer des liens très étroits, au-delà de leurs actions. Je suis touchée et heureuse d’avoir un tant soit peu contribué et vu la naissance de ces amitiés et de ces complicités. L’atelier a complètement dépassé mes attentes et je sens que c’est également le cas pour les participants.

    J’aimerais maintenant vous parler de Hyppolite Dossa DANSOU, Président de BC-ONG (Boussole de la Cité – ONG), cet organisme partenaire d’OQ depuis plus de 10 ans dans la communauté de Sô-Ava, dans le sud du Bénin. Sô-Ava est une communauté lacustre (située aux abords du très grand lac Nokoué) comptant environ 100 000 habitants répartis dans 42 villages, et qui vivent tous sur des îles (la plus grande abritant 12 000 personnes). Les habitants de cette communauté vivent principalement de la pêche et de l’agriculture.

    Hyppolite Dossa DANSOU, Président de BC-ONG, partenaire de Oxfam Québec

     

    Dans cette commune enclavée, seuls deux villages sur 42 sont électrifiés et seulement une minorité a accès à la télévision. Ainsi, jusqu’à tout récemment, avec l’arrivée du téléphone cellulaire qui a permis aux gens d’écouter la radio sur ce dernier et d’avoir accès à l’information, les habitants étaient isolés et n’avaient pas accès à toute l’information concernant leur santé, l’éducation ou toute autre information importante. De plus, la majorité des habitants ne parle pas français mais le toffin.

    C’est à travers ces constats qu’Hyppolite décide il y a plus de 10 ans, de créer l’organisme BC-ONG pour promouvoir la communication à l’intérieur de sa communauté, procurer une fenêtre sur le monde à celle-ci et une fenêtre sur elle-même. Il croit fermement que, vivant dans une culture de l’oralité, il doit enregistrer l’évolution de sa culture et le faire en français et en toffin afin que tous puissent y avoir accès. Ainsi, en 2000, il lance un journal qui est, depuis, publié tous les 2 mois.

    Il s’engage maintenant dans une nouvelle aventure et il est fier de me dire qu’il vient tout juste d’obtenir le droit d’opérer une station de radio pour la communauté de Sô-Ava. La radio lui permettra de joindre les gens beaucoup plus rapidement et de discuter des questions de développement brûlantes, ne devant pas attendre deux mois pour que l’information parvienne aux habitants. Ce sera un outil stratégique pour disséminer l’information et pour soutenir les objectifs de développement de la communauté afin de faciliter leur atteinte.

    Ce qui me frappe le plus chez Hyppolite, c’est le niveau d’influence et de leadership qu’il semble exercer sur sa communauté, malgré son jeune âge, et cela m’est confirmé par ses collègues africains. Sachant combien le respect des gens âgés importe en Afrique et combien il est difficile pour les jeunes de se tailler une place, je suis surprise d’entendre tout ce qu’il a accompli et la façon dont il a su mobiliser les jeunes dans sa communauté, réussissant à rallier toutes les générations avec respect et ouverture et en étant consulté par tous sur des questions importantes. Il me mentionne que son succès est dû en grande partie à son partenariat avec Oxfam qui l’a formé et appuyé depuis ses débuts. 

    Ce qui me frappe également chez lui, c’est son amour pour sa communauté. Plus jeune, il a eu l’occasion d’aller faire sa maîtrise en droit en Afrique du Sud. Après mûre réflexion, il a décidé de rester dans sa communauté afin de faire bouger les choses. Il me mentionne à plusieurs reprises que peu importe où il mourra, il veut revenir à Sô-Ava pour y être enterré parmi les siens, puisque cette communauté lui a tout donné et qu’il lui doit tout. Quand il se réveille le matin et qu’il entend le pêcheur siffler derrière sa maison, il sait qu’il est chez lui. Quand il voit des enfants jouer, danser, être heureux, il se reconnaît. Il me dit que s’il déménageait ailleurs, il serait comme un poisson hors de l’eau – il manquerait d’air…

    Il se demande comment il se fait que, des 47 enfants qui étudiaient avec lui durant son adolescence, il est le seul à avoir fréquenté l’université. Cela l’a bouleversé et il voulait que cette situation change. Il a donc cherché des façons de soutenir l’éducation, notamment en faisant construire une école il y a quelques années. Il décide ensuite de me raconter une histoire importante dans sa vie.

    À l’âge de 10 ans, il ne possèdait aucun livre. Sa mère dût aller au marché pour acheter des marchandises pour son petit commerce et décida d’en profiter pour acheter ses fournitures scolaires. Malheureusement, à son retour, elle fut prise dans une tornade et sa pirogue chavira. Elle resta accrochée à des piquets dans l’eau, attendant que la tornade passe. Elle laissa dériver toute sa marchandise mais s’assura de bien envelopper les fournitures scolaires dans une toile cirée, puis dans son pagne, pour les protéger. Elle resta accrochée pendant 2 heures dans l’eau, en attendant que la tornade passe.

    L’éducation revêtait une importance primordiale pour sa mère. N’ayant pas eu le privilège d’aller à l’école elle-même, elle était déterminée à tout faire en son pouvoir pour que ses sept enfants fassent des études. Hyppolite devint très déterminé et lui promit qu’il réussirait. En entendant son histoire et en voyant la fierté dans ses yeux et la différence qu’il a fait dans sa communauté, inspiré par l’amour et l’espoir de sa mère, je peux sans hésiter affirmer qu’il  a réussi… et cela, encore plus qu’il ne le réalise.

    Hyppolite, malgré ton jeune âge (et tu m’as mentionné avoir été ‘grand avant l’âge’), tu démontres une sagesse et un leadership, et tu inspires les jeunes à faire une différence dans leur communauté.

    Merci de ton témoignage et bonne chance avec ta station de radio!

    Je vous laisse avec une photo de l'équipe de Oxfam Québec du Bénin présente à l'atelier.

    Franck Monkoun, Coordonnateur GEA, Évelyne Joncas, représentante pays OQ et Hyppolite Dansou, Président de BC-ONG
  • The potential for change brought on by youth in Benin

    We start our day Friday knowing this is our last workshop day together.  The participants establish their country’s action plan, integrating all the notions we’ve seen as well as the strategies and tactics they wish to implement. We realize this is only a first draft and that the final plan will need to be worked on with the full country team when the participants return in their respective countries; however, working on it concretely allows the participants to integrate all the exercises done during the week.

    Before leaving, several wish to address the group. We spend an entire hour hearing how each of them describes what this week has meant to them, how inspired they come out of it and how they wish to form a community of practice to strengthen their individual approaches and practices. The emotion is palpable in the room and I feel that these people, coming from different countries and continents, have forged close ties well beyond their organization’s mission and actions.  I am touched and happy to have contributed in a small way and to have witness these friendships emerge. The workshop has gone beyond my expectations and I feel it’s the same for many participants.

    I would now like to tell you more about Hyppolite Dossa Dansou, President of BC-ONG (Boussole de la Cité – ONG), an OQ partner for more than 10 years in Benin, in the Sô-Ava community located in the southern region of Benin.  Sô-Ava is a lakeside community of about 100,000 inhabitants, located on the borders of the huge Nokoué lake, who live in 42 different islands (the largest island having 12,000 people) and whose inhabitants’ main means of subsistence are fishing and agriculture.

    Hyppolite Dossa Dansou, President of BC-ONG (OQ partner)

    In this enclosed community, only 2 villages out of 42 have power and only a minority has access to television. As such, up until a few years ago when the increased use of cell phones enabled people to start listening to the radio and have access to information, the inhabitants were quite isolated and didn’t have access to important information about their health, education or any other relevant information. Additionally, most inhabitants don’t speak French but rather their native tongue, Toffin.

    It is because of this fact that Hyppolite, some 10 years ago, decided to start BC-ONG during his university studies to promote communication within his community in order to provide a window on the world to his community as well as a window on themselves.  He strongly felt that, living in a culture of orality, he needed to record the community’s evolution and he needed to do so in French and Toffin so that all inhabitants could hear about it.  As such, in 2000, he created a journal that has been published once every 2 months ever since.

    He has now embarked on a new project and is proud to mention that they just got the license to operate a radio station for the inhabitants. The station will enable him to reach out to people much more quickly and discuss burning development issues, not having to wait 2 months for the information to reach the inhabitants.  It will be a strategic tool to disseminate information to help and support development goals. 

    What strikes me about Hyppolite is the level of influence and leadership he exerts in his community (confirmed by some of his colleagues), despite his young age.  Knowing that in Africa, there is a deep respect for elders and that young people struggle to have their voices heard, I’m surprised to hear everything he has been able to accomplish and how he has been able to mobilize young people in his community, rallying the different generations together in a respectful yet open manner and being consulted on important issues. He mentions that this success is in large part due to Oxfam who has trained him and supported him all through these years, partnering with him and his organization to make it all happen.

    The second thing that strikes me about Hyppolite is his love for his community.  Although he had an opportunity to do his master’s degree in South Africa, after much thinking, he decided to stay in his community and make a difference there.  He mentions several times that no matter where he is when he dies, he wants to be buried in his community as it has given him everything and he feels he owes it everything.  When he wakes up in the morning and he hears the fisherman behind his house whistle, he knows he is at home. When he sees children play, dance and be happy, he recognizes himself. He says that if he were to move, he would be like a fish out of water – he would suffocate.

    He wonders why, out of the 47 kids in his high school class, he is the only one who went to university.  This troubles him and he wishes that it’d be different.  He wants to find ways to promote education, and that included building a school a few years ago.  He then goes on to tell me about an important story in his life.

    When he was 10 years old, he didn’t have a single book.  One day, his mother went to the market to buy some merchandise for her small shop and bought him school supplies. Unfortunately, on her way back, she got caught in a tornado, while being on the lake. Her boat capsized and she had to cling to some poles in the water, waiting for the storm to pass.  She let go of all her merchandise but carefully wrapped his school supplies in a waxed cloth to protect them.  She stayed like that for 2 hours in the water, waiting for the storm to pass.

    Education was of the utmost importance for his mother.  Not having had the privilege to go to school herself, she was determined to do everything in her power to allow her 7 kids to get an education.  As a result, Hyppolite was resolutely determined to do something with his life and he promised her he would succeed.  Hearing his story and seeing the pride in his eyes, the difference he has made in his community, inspired by the love of his mother, I can definitely say he has… in more ways than he realizes.

    Hyppolite, despite your young years (you mentioned you were ‘old before your age’), you show wisdom and leadership and inspire young people to make a difference in society.

    Thank you for your testimony and good luck with the radio station!

    I take the opportunity to include a picture of the Benin team who came to the workshop this week.

     

    Note: Thanks to Mireille Letellier for providing translation services.

    Franck Monkoun, Coordinator GEA, Évelyne Joncas, OQ country representative and Hyppolite Dansou, President of BC-ONG
  • Ces marchands ‘experts’ de la vente !

     

    Après une semaine bien chargée, je passe la journée de samedi à regarder les environs et à magasiner. Nous nous rendons tous au marché de l’artisanat où les artisans travaillent directement devant nous. L’endroit est bien organisé, tranquille et les marchands sont sympathiques. Il y a de superbes pièces de bronze, des statues en ébène, des tissus, vêtements, poupées et toutes sortes d’objets. J’en profite pour rapporter quelques souvenirs. L’après-midi, j’ai envie d’aller au marché près de notre hôtel et Sotheary, une de nos partenaires venue du Cambodge, aimerait bien y aller également puisqu’elle quitte dimanche matin. Nous décidons d’y aller ensemble, sans se douter à fond de ce qui nous attend...

    Artisan tissant le cotton, au Marché de l'Artisanat de Ouagadougou
    Pere, logisticien d'Oxfam Québec au Burkina, qui nous a conduits et accompagnés tout au long du voyage
    Sur la route vers le Marché de l'Artisanat, Ouagadougou
    Sur la route vers le Marché de l'Artisanat, Ouagadougou

     

    Bien que j’aie été habituée au Sénégal à avoir les marchands autour de moi, je dois avouer que ce comportement prend tout son sens ici, à Ouagadougou, dans ce marché, alors qu’à peine sorties de la voiture, nous sommes littéralement assaillies par une dizaine de marchands qui nous parlent et essaient de nous tirer vers leur kiosque. Sotheary (surnommée Terri) ne parlant pas le français, je fais office de traductrice et essaie tant bien que mal de leur demander de nous laisser un peu d’espace. Malheureusement, mes tactiques ne fonctionnent pas et on se retrouve toutes les deux, bras dessus dessous, pendant près de 2 heures alors que nous visitons les kiosques, avec une horde de marchands après nous.

    Bien que cela s’avère éprouvant, nous apprécions ces moments et en rions à plusieurs reprises, tissant ainsi des liens et des souvenirs mémorables de notre visite au Burkina Faso. Terri mentionne qu’elle se sent comme une star, assaillie de paparazzis… pauvres stars !

    Vers la fin de notre visite, après avoir acheté nos souvenirs, nous sommes rejointes dans la rue par un homme qui nous a suivi de loin depuis tout ce temps. Il est bien respectueux et bien qu’il ait un commerce un peu plus loin, il cherche surtout à discuter avec des étrangères. Nous discutons quelques minutes et il nous aide à retrouver le rond point des Nations Unies afin de gagner notre hôtel. Il nous demande même à un moment si nous sommes des sœurs ( !) ce à quoi nous nous mettons à rire… (cherchez la ressemblance !) . Après une minute, il se rend à l’évidence que ‘mmm… oui, c’est vrai, vos yeux sont un peu différents…’. 

    Sotheary (Terri) Ly, Directrice Exécutrice du Healthcare Center for Children, Cambodge

    Terri et moi se souviendront longtemps de ce moment et nous rappelons au cours de la soirée, qu’après tout, nous sommes des ‘sœurs’ et le demeureront… des moments fort agréables où j’ai tissé des liens privilégiés avec une femme de cœur, passionnée, déterminée et totalement dévouée à sa cause et à son organisation. J’en profiterai pour vous parler de Terri, de son travail ainsi que du travail d’Oxfam Québec et de sa représentante au Cambodge dans mon prochain blog.

  • Those “expert” sales merchants !

     

    After a very busy week, I spend my whole Saturday wandering the streets and shopping.  We head to the handicrafts market where artisans work right before us. The market is well-organized and quiet, and the merchants are friendly. There are magnificent pieces carved in bronze, statues made of ebony, fabrics, clothes, dolls and all kinds of objects. I take the opportunity to buy a few souvenirs.  In the afternoon, I feel like heading to the market next to our hotel.  Sotheary, one of our partners fromCambodia, wants to join me as she is leaving Sunday morning.  We thus decide to head there together, without completely realizing what awaits us...

    Craftsman at the 'Crafts Market', Ouagadougou
    Pere, logistician who drove us and accompanied us all through the trip
    On the way to the 'Crafts Market' in Ouagadougou
    On the way to the 'Crafts Market' in Ouagadougou

    While I got used to being surrounded by merchants in Senegal, I must admit that this behaviour took on its full meaning here at the Ouagadougou's market.  Barely out of the car, we are literally besieged by a dozen of merchants who immediately start talking to us, trying to lure us to their booths.  As Sotheary (known as Terri) doesn’t speak French, I act as a translator and struggle to convince the merchants to give us a little bit of space.  Unfortunately, my efforts are unsuccessful and both of us end up, arm in arm, for almost two hours as we visit the booths with a horde of merchants surrounding us.

    Although it’s a daunting experience, we appreciate these moments together and laugh many times, forging close ties and keeping treasured memories of our visit to Burkina Faso. Terri tells me that she felt like a superstar, assaulted by paparazzis… We feel sorry for them!

    Towards the end of our visit, after buying our souvenirs, a man that had been following us all that time from a distance comes to us.  He is very respectful.  Although he has a shop not far away, he is mostly interested in discussing with foreigners. We talk for a few minutes and he helps us find the United Nations square so we can get back to our hotel.   He asks us if we are sisters (!), which makes us laugh… (do you see a resemblance?!).  After a few seconds, he realizes that “mmm... it is true that your eyes are a bit different...” 

    Terri and I will cherish the time we spent together for a very long time.  During the evening, we recall ourselves that we are “sisters” and that we will continue to be.  I will remember the pleasant time spent with this caring, passionate and determined woman who is totally committed to her cause and her organization.  In my next blog, I will talk about Terri, her work and the work accomplished by Oxfam Quebec and its representative in Cambodia.

    Note: Translation provided by Mireille Letellier. Thank you Mireille!

    Sotheary (Terri) Ly, Executive Director of the Healthcare Center for Children
  • L’esprit de survie des jeunes filles victimes de la traite des êtres humains au Cambodge

    Je tiens à vous parler un peu plus à fond des actions qu’Oxfam Québec supporte au Cambodge, grâce à ses partenaires. Nous avons eu le plaisir d’accueillir avec nous cette semaine Mary Prum, représentante pays d’Oxfam ainsi que Sotheary (Terri) Ly, Directrice Exécutive du Healthcare Center for Children (HCC) et Pheakdey Khin de Riverkids Cambodia,  deux partenaires sur le terrain d’Oxfam Québec.  Terri et Pheakdey ont malheureusement eu 2 jours de retard lorsque leur transfert à Addis-Abeba fût annulé et que le prochain vol ne repartait que dans 2 jours. Elles furent accueillies mercredi sous les applaudissements de chacun, tous heureux qu’elles soient enfin parvenues à destination. 

    Pheakdey Khin et Sotheary Ly, toutes deux partenaires d'OQ et Mary Prum, représentante pays d'Oxfam au Cambodge
    Pheakdey Khin, de Riverkids Cambodia
    Sotheary (Terri) Ly, de Healthcare Center or Children

     

    L’histoire personnelle de Terri est fort intéressante. Après être née au Cambodge, la famille de Terri déménage en Australie alors qu’elle a 16 ans. Elle y restera pendant 10 ans et y fera son baccalauréat en comptabilité, puis une maîtrise en développement international. Elle décide à 26 ans de revenir au Cambodge afin de faire du bénévolat pour Healthcare Center for Children (HCC), une organisation dédiée pour la cause des enfants victimes (ou à risque) de traite des êtres humains, de violences sexuelles ou d’exploitation au travail.

    Terri arrive à un moment critique de l’organisation où les fonds sont très bas, les bailleurs de fonds ont cessé de contribuer et l’organisation souffre de mauvaise gestion, sans succession au poste de Directrice Exécutive. Après seulement un mois en poste, on lui demande de prendre le poste de Directrice Exécutive en intérim. Elle est rapidement confirmée en poste et devient, au tout jeune âge de 26 ans, Directrice Exécutive de HCC et en fait sa mission personnelle de renverser la situation et restaurer l’organisation et sa réputation.

    Durant ses 6 premiers mois, elle procède à une analyse en profondeur avec les parties prenantes, revoit les politiques, restaure le Conseil d’Administration et verse de son propre argent pour restaurer l’organisation. Elle accueille avec grande joie ses premiers fonds au montant de $6000 seulement quelques mois après être entrée en fonction.

    En 2007, après 2 ans comme Directrice Exécutive, Terri se retrouve avec 50 employés et un budget de un demi-million de dollars ! Les donateurs et les bailleurs ont vu le changement effectué et ont décidé d’investir dans l’organisation pour le long terme.

     Aujourd’hui, Healthcare Center for Children gère 2 programmes:

    1) La prévention de la traite des êtres humains

    Au Cambodge, beaucoup de jeunes filles quittent leur village à cause de la pauvreté. Elles sont attirées par des connaissances dans leur village qui leur promettent des emplois payants dans la ville de Phnom Penh. Ces derniers donnent un montant d’argent aux parents qui ne se doutent de rien et croient qu’ils aident leur fille à sortir de la pauvreté. Durant leur transit vers la ville, ces jeunes filles deviennent très vulnérables et certaines sont vendues à des propriétaires de bordels. Elles sont alors forcées de devenir prostituées à 15-16 ans,  certaines même à 13 ans.

    D’autres sont emmenées de force à travers les montagnes et traversent illégalement vers la Thaïlande, où on leur promet du travail payant dans les restaurants. Ce n’est que rendues sur place qu’elles s’aperçoivent qu’elles doivent travailler dans un bar karaoké (les bordels ayant été fermés par le gouvernement) où elles doivent également se prostituer. Même si elles réussissaient à s’enfuir, culturellement, elles se sentent « souillées » dû à la nature sexuelle du travail forcé et n’osent pas retourner vers leur famille et leur communauté de peur du stigma.

    Afin de contrer ces risques, HCC pose des actions concrètes grâce aux activités suivantes :

    • Création de réseaux communautaires et la sensibilisation – afin que les filles soient informées de ces risques
    • Éducation sur la santé (prévention HIV / SIDA, utilisation de filtres d’eau)
    • Disposition de bourses d’éducation pour les enfants entre la 3ème et la 8ème année (sec II)
    • Activités génératrices de revenus – en procurant des emprunts de capitaux et en supportant des groupes de soutien pour l’apprentissage technique

    2) La protection des enfants et des jeunes femmes contre l’exploitation sexuelle

    HCC possède un refuge pour les jeunes filles victimes d’abus sexuels, soit dus à la traite des êtres humains ou par des viols commis lorsqu’elles étaient dans leur village. HCC reçoit environ 100 filles par année, parfois aussi jeunes que 6-8 ans. Au refuge, elles reçoivent des soins médicaux et des soins de réhabilitation psychologique. Elles restent généralement en moyenne un an au refuge, période durant laquelle plusieurs bénéficieront également du programme de formation professionnelle qui leur permettra, grâce à l’aide de HCC, de se trouver un emploi ou un organisme où faire du bénévolat pour développer leurs compétences.

    Avant de les laisser partir du refuge, une évaluation complète est faite de la famille afin de s’assurer que le village est sécuritaire pour elles. S’il est déterminé qu’il ne l’est pas, on trouvera de la famille plus éloignée où elle pourra aller demeurer.

    Je demande à Terri d’où lui vient cette détermination, malgré les embûches qu’elle a connues dès le début de son travail chez HCC. Elle me raconte l’histoire de cette jeune fille de 13 ans, arrivée au refuge, victime d’abus sexuels répétés, et qui avait tenté de s’enlever la vie à 3 reprises.

    Au refuge, elle reçut les services de santé, d’aide psychologique et d’éducation. C’est après une longue discussion avec Terri qu’un lien privilégié se forgea entre elles, Terri la traitant comme une sœur. Au fil des semaines, Terri vit son comportement changer. Elle passa de la dernière à l’une des premières en classe et à l’intérieur de l’année, elle devint présidente du Comité des Enfants de HCC. Terri me mentionne que cette jeune fille, et toutes celles du refuge, sont celles qui l’inspirent, qui lui montrent, de par leurs actions, qu’elle-même fait la bonne chose avec HCC.

    En retour, alors que Terri leur demanda un jour ce qu’elles aimeraient faire ou devenir plus tard, la plupart d’entre elles lui mentionna qu’elles souhaitaient ‘devenir comme Terri’… Terri était devenue un modèle pour elles, un mentor et il n’y a rien au monde qui pourrait plus motiver Terri que ces témoignages.

    En fin d’entrevue, Terri me mentionne l’importance du partenariat très serré qu’elle cultive avec Oxfam Québec et plus particulièrement avec Mary, la représentante pays d’Oxfam Québec au Cambodge.

    Mary Prum, représentante pays pour le Cambodge, de Oxfam Québec

    Je comprends pourquoi lorsque je discute avec Mary de son parcours atypique et inspirant. Alors que Mary a 5 ans, ses parents quittent le Cambodge durant les conflits. Ils vivent dans des camps de réfugiés sur la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. Ce n’est qu’après deux ans qu’ils réussissent à se faire parrainer par une famille québécoise de Maniwaki qui les accueille en janvier, en pleine tempête de neige ! Mary se souviendra toute sa vie de cette vision alors qu’arrivée en short et en T-shirt, elle se fait donner des habits chauds et elle voit ces petites boules blanches qui tombent du ciel.

    Quelque temps après leur arrivée, son père parraine sa grand-mère et quelques autres membres de la famille. Mary est élevée à l’intérieur de la tradition khmer dans un Québec des années ‘80 où les étrangers sont peu nombreux. À l’école, elle vivra malheureusement de la discrimination de la part des enfants mais sa détermination et sa persévérance se démarqueront lorsqu’elle poursuivra ses études en relations industrielles à l’Université de Montréal pour obtenir son baccalauréat et tout au long de son parcours professionnel.

    Après son bac, elle décide de faire un voyage personnel au Cambodge, question de retrouver ses racines et c’est à ce moment qu’elle est complètement charmée par le pays. Ses visites dans les villages l’émeuvent et elle voit nombre d’enfants qui possèdent peu mais qui se contentent de ce qu’ils ont et qui semblent joyeux, heureux et apprécier la vie.

    Elle revient en se promettant d’y retourner pour travailler en développement. Déterminée et organisée, elle se fait un solide plan de 5 ans durant lesquels elle veut acquérir de l’expérience professionnelle qui lui sera utile lors de son retour au Cambodge. Au bout de ces 5 ans, elle est acceptée chez Oxfam Québec au Cambodge comme Conseillère, programme de réseautage et de mobilisation contre la traite des êtres humains. Elle devient représentante pays après 1 an.

    Mary me raconte plusieurs histoires de traite des êtres humains dont l’une concernant 6 jeunes filles entre 15 et 17 ans qui ont été victimes de traite des êtres humains et se sont faites emporter en camion  en Thaïlande illégalement, forcées de travailler dans un bar karaoké et obligées de faire des faveurs sexuelles aux clients. Elles n’osaient pas sortir car le propriétaire les menaçait et elles craignaient la police étant donné leur statut légal précaire. Ce qui les tenait, c’était le lien qu’elles avaient développé ensemble et le support qu’elles tiraient l’une de l’autre. Malgré leur vulnérabilité dans cette situation, en groupe, elles démontraient également une grande force.

    Cependant, l’une d’entre elles réussit à sortir un soir et appelle sa mère, lui racontant son histoire. Sa mère appelle immédiatement Healthcare Center for Children et, au travers de connections avec diverses ONG Thaï, on vient récupérer les filles. Le propriétaire et les gardes sont arrêtés et emprisonnés. Les filles, elles, sont emmenées au refuge au Cambodge afin de débuter leur réhabilitation. Certaines de ses filles, maintenant ‘habituées’ à leur nouvelle vie, et ayant perdu espoir, ne veulent pas rester au centre. Elles sont tellement habituées à faire profiter d’elles qu’elles ont perdu toute estime de soi et se sentent maintenant ‘entachées’ par ces actions. Ce n’est qu’avec le temps et avec les consultations qu’elles finissent par s’en sortir et à retourner dans leur famille.

    Mary souhaite que nous réalisions tous que la traite des êtres humains se passe partout dans le monde. Nous devons changer les attitudes et les croyances face à la place de la femme au Cambodge. Un proverbe cambodgien dit qu’un garçon est comme de l’or tandis qu’une fille est comme une débarbouillette blanche. Quand on les mélange dans la boue, nous pouvons toujours relaver l’or et il gardera sa qualité tandis que la débarbouillette restera à jamais tachée. Trop d’importance est portée à la virginité des filles et les familles essaient souvent de protéger les filles en les gardant près d’elles. Ceci se traduit par une pression indue sur ces jeunes filles qui savent que de perdre leur virginité signifie la honte pour toute la famille. 

    Il est facile pour nous, Nord-Américains, d’essayer d’ignorer la traite des êtres humains car nous ne le voyons pas de nos yeux et c’est même caché, secret dans les divers pays. Cependant, cela ne diminue en rien la douleur qu’éprouvent les victimes. À ma stupéfaction, elle me dit que la traite des êtres humains représente le 2ème générateur de revenus au monde, après le trafic des armes et tout juste avant le trafic de la drogue. J’en suis estomaquée… L’argent reçu par les donateurs permet de faire beaucoup et d’accompagner les partenaires comme HCC mais nous avons aussi une responsabilité de se garder informés.

    En fin d’entrevue, Mary me mentionne que le partenariat avec HCC et Terri est clé. L’approche d’Oxfam Québec est porteuse car elle fonde ses principes sur l’autonomisation et le renforcement des capacités des partenaires ainsi que le partenariat ‘main en main’ avec ceux-ci. Les partenaires apprécient qu’Oxfam soit présent en personne et les aide à cheminer, devenant plus autonome face à la gestion de leur organisme et redevable à leurs bénéficiaires qu’ils représentent.

    Comme je l’ai entendu de Julie au Vietnam, Mary me mentionne qu’au-delà de la langue, le fait d’être cambodgienne l’aide beaucoup avec les partenaires car elle comprend la culture et la respecte. Le lien de confiance s’établit rapidement et Mary ne vient qu’en soutien aux partenaires, leur laissant diriger le projet afin de les autonomiser.

    Après une journée passée en compagnie de l’équipe du Cambodge, je comprends les valeurs fondamentales et la résilience que je remarque souvent chez ce peuple. Je suis touchée par la façon dont Terri, Mary et Pheakdey ont décidé de se servir de leur vie au service de leurs compatriotes. Étant moi-même mère de 3 jeunes filles, je pense également aux sévices que ces jeunes filles cambodgiennes ont dû vivre et mon cœur de mère chavire… J’aimerais donc en faire plus !

    Je remercie profondément Oxfam et ses partenaires de leur travail et la différence qu’ils font sur le terrain, tout en agissant dans le respect de leurs valeurs de solidarité, de responsabilité, de respect, de partage du savoir, de cohérence et d’innovation. MERCI !!

     

     

  • The multiplying effect of empowering women in Vietnam

     

    Thursday, we analyze and establish different strategies, tactics and actions that each country wants to put forward to attain its own objectives for change.  Afterwards, we talk about an approach to change management, a process that helps to implement all we have discussed this week.  We also review a psychological approach to change in order to understand the individual process of all the actors of change.

    As the week progresses, I can see that the notions discussed are well understood by the participants.  We get to hear more and more personal stories, sometimes intimate, and there is a thorough exchange among representatives of Oxfam and its partners.  There is a sense of real cooperation and a desire to go beyond this workshop to share experiences together and look to other countries, contributing to an innovative way of thinking and a will to adopt complementary approaches.  I can see that we are exceeding the primary goals of the workshop and that, beyond the transfer of knowledge and the implementation of the topics, we are in the process of building a community of practice that, I hope, will be sustainable.

    Over lunch, I take the opportunity to interview Julie Théroux-Séguin, the country representative of Oxfam Quebec in Vietnam and an International Volunteer.  Julie holds a bachelor degree and a master’s degree in political science, with a major in women’s studies.  Her path illustrates her interest in international cooperation.  After completing her studies (partly in France and in Mexico), she accumulates a great deal of international cooperation experience in Mali, in Haiti and finally in Vietnam four years ago as a gender equality advisor. She becomes country representative in 2011.

    Julie Théroux-Séguin, Country Representative of Oxfam Quebec in Vietnam

     

    Julie describes the environment of Vietnam.  This emerging country is going through a real transformation that is reflected in the rapid economic growth and the growing development of the country.  She highlights the challenges brought up by the increasing internal migration in Vietnam (rural versus urban) as well as between Vietnam and its neighboring countries. Challenges that OQ can’t ignore.

    When I ask her how she settles in this country, she indicates that, for a foreigner, the problem lies not only in the language barrier, but mostly in the respect of its "social code".  It is difficult for a foreigner to truly understand and integrate this code, pervasive in all types of relations, whether professional or social.  Julie knows the language, and it is certainly an asset but one must also learn the traditions and the social codes in order to work effectively.

    Julie explains that the Voluntary Co-operation Program of Oxfam Quebec (OQ) in Vietnam is based on three major lines of action:

    1) Integrated management of natural resources in the agricultural, forestry and water management industries.  The objective is to raise awareness and work in collaboration with the partners and local stakeholders to allow the population to play an active role in the sustainable management of natural resources and to ensure their livelihood. 

    2) Safe migration and urban issues

    Through its partners, OQ aims to help the local populations to understand and have the ability to assert their rights, especially migrants.  The partners also strive to increase the cooperation between major stakeholders who deal with migrants, i.e. border guards or health care professionals, to ensure that the services are appropriate and to reduce the stigma that migrants may experience.

    For example, OQ and its partners set up "social dialogues" between the Ministry of Labour, the population and the Women’s Union (partner organization of Oxfam advocating for women’s rights), thus providing for the beginning of a dialogue and the implementation of a longer-term change as well as increasing empowerment.

    The Vice-President of Women’s Union in the province of Nghe An, Giang Le Thi Huong, and Hien Minh Thi Nguyen, an Oxfam International Volunteer, also take part in these actions.

    Giang Le Thi Huong, Vice-President of Women’s Union in the province of Nghe An
    Hien Minh Thi Nguyen, Oxfam International Volunteer

     

    3) Gender justice

    OQ and its partners aim to promote the economic empowerment and leadership of women and to reduce violence against women.

    OQ strongly believes in building the capacities of local stakeholders in order to stimulate their involvement, to empower them and to drive change.  In this regard, she provides gender-equality training to the partners, coaching them afterwards to become trainers themselves for the population.  It is a highly participatory method that allows women to voice their needs.

    One of the most powerful examples of the impact of these sessions was revealed when a trainee, who is now a trainer, was conducting a session for the population.  She asked her participants what vision they had for their lives and what their dearest hope was.  One of them said that she wished more than anything in the world to be loved by her husband, to get the approval of her family for the work she was doing and to be an integral part of her family and community.  In short, she wanted to be recognized as an individual and as a woman.

    The trainer was so moved by her story (intimate testimonies being rare in Vietnam) that she decided to tell her personal story.  Although it wasn’t easy for her, after her own training, she decided to talk to her husband and tell him that her own happiness was important, that she wanted to be recognized and that her entire family would benefit from her happiness.  She then told the group that this discussion had allowed her to initiate changes in her personal life.

    The story of this trainer had a profound impact during this workshop, enlightening other women and sending a message of hope, showing them that change was possible.  OQ’s actions and those of its partners thus had a multiplying effect in prompting other women to become involved.

    Before concluding, I ask Julie what motivates her to do this type of work.  She refers to ideals of justice, community empowerment and power relationships transformation.  She tells me that she was brought up in an open-minded family and that her self-awareness had materialized during her university studies.  Being a women, she could not turn her back on these inequities based solely on the fact of being born a women and on seeing her opportunities being reduced because of that.

    When I ask her what all of us can do individually, she tells me with great conviction that we must not accept these gender-based differences, that we must fight and remain critical and vigilant regarding the values that we promote and transmit in our society.  Beyond her implication and her ability to articulate her ideas, what also strikes me about her is her vision, her decision not to be complacent about the actions that are taken right now and her will to aim higher and to dream of a better world.

    Thank you Julie for your time and for sharing your vision and your actions with me.

    Note: Translation provided by Mireille Letellier. Thank you Mireille!

     

  • Le visage de la transcendance en Palestine

     

    Mercredi matin, nos discussions ont porté sur notre propre théorie du changement en lien avec nos croyances sous-jacentes et nos hypothèses. Nous avons cherché à déterminer comment nous pouvions promouvoir et faciliter le changement auprès des individus et des communautés. Au cours de l’après-midi, nous avons discuté des relations de pouvoir, sachant que des relations de pouvoir mal équilibrées exacerbent l’injustice, la pauvreté et la souffrance. Les participants ont dressé la liste de leurs intervenants clés et déterminé l’engagement de ceux-ci envers les objectifs de changement stratégique. Ils ont également analysé la façon dont ils pouvaient miser sur ces relations pour faciliter le changement. Comme vous le constaterez un peu plus loin, le contenu de la séance était lié directement au témoignage de Refaat qui figure ci-dessous.

    Ayant travaillé et dirigé la transformation organisationnelle pendant plus de 20 ans, et ayant parlé de la résilience ad nauseam, j’ai été témoin de personnes qui ont surmonté des événements difficiles. Toutefois, après avoir parlé à Refaat Sabbah, j’ai réalisé que c’était la première fois que je voyais le vrai visage de la résilience et que je comprenais ce qu’était la transcendance.

    Reefat est le fondateur et directeur général du Teacher Creativity Center (TCC) en Palestine, un partenaire d’Oxfam Québec depuis de nombreuses années. Oxfam soutient TCC en appuyant sa stratégie de renforcement des capacités au moyen des comités de parents locaux, permettant aux parents de participer plus activement à l’éducation de leurs enfants.  

    Refaat Sabbah, fondateur et directeur général du Teacher Creativity Center en Palestine

    Alors que Refaat fréquentait l’université en 1987, la première intifada a éclaté. Celle-ci a entraîné la fermeture de toutes les écoles en Palestine, y compris l’université de Refaat. Voyant que les enfants ne pouvaient plus aller à l’école, il a créé son propre comité d’éducation populaire pour enseigner à domicile, notamment à des femmes et à des enfants. Dans le cadre de cette expérience, il s’est rendu compte que l’éducation informelle semblait stimuler l’innovation beaucoup plus que le système d’enseignement officiel et qu’elle permettait de traiter avec toutes sortes de personnes (hommes, femmes, jeunes, personnes âgées, etc.). Il a également réalisé que malgré les conditions difficiles dans lesquelles les gens vivaient, l’éducation, qui leur est si nécessaire, leur tenait toujours autant à cœur, de sorte qu’ils lui ont littéralement ouvert tout grand les portes de leur maison ainsi qu’à ses collègues.

    Il a été un témoin direct de la violence et des violations graves des droits de la personne. Non seulement les territoires étaient occupés, mais il a vu des gens se faire assassiner et des enfants être directement impliqués dans le conflit. Il a néanmoins continué à enseigner.

    Aux alentours de 1990, il a quitté Jenin pour se rendre à Ramallah, et a commencé à penser qu’il lui fallait faire beaucoup plus. Il a réalisé que les gens n’étaient pas bien informés. Il a donc lancé un magazine pour informer la population. Il est ensuite devenu enseignant et a réalisé que les écoles étaient un microcosme de la société, c.-à-d. un environnement où régnaient la violence et le manque de respect, et où les enseignants se débattaient par manque de moyens et de l’absence de structure pour assurer la réussite scolaire. Il estimait que la responsabilité de créer le bon milieu d’apprentissage devait relever des enseignants, et non des enfants, et que cette vision faisait cruellement défaut.

    Avec quatre de ses collègues, il a décidé d’appliquer les principes des droits de la personne dans les écoles. Il a découvert qu’en respectant la dignité des personnes, celles-ci seraient incitées, à leur tour, à appliquer les mêmes principes qu’eux-mêmes préconisaient. En 1995, il a mis sur pied le Teacher Creativity Center (TCC) pour aider les enseignants à comprendre les enfants et à les aider à devenir des modèles de rôle. Jusqu’en 2000, il a travaillé uniquement comme bénévole et a refusé d’être rémunéré. Il voulait que les gens se portent bénévole pour atteindre la mission de l’organisme, et estimait qu’il devait lui-même prêcher l’exemple.

    En 2000, l’organisme a connu un essor rapide, et Refaat a jugé qu’il était nécessaire de  structurer l’organisme pour assurer sa pérennité. Il a élaboré un plan stratégique, communiqué avec plusieurs ONG, y compris Oxfam, et formulé la mission de l’organisme qui vise à appliquer les principes des droits de la personne et de l’éducation civile au sein du système scolaire. TCC s’efforce de contribuer à réduire la violence et à enseigner aux enfants palestiniens de ne pas accepter la violence comme valeur morale. Il est convaincu que lorsque les personnes acceptent la violence, elles finissent par ne plus être conscientes de leurs actes, et que la violence se répand alors dans les familles, les écoles, les partis politiques et la communauté dans son ensemble.

    Il a expliqué que même s’il est très difficile de vivre dans un contexte d’occupation et de violence, la pire conséquence est l’incidence d’un tel contexte sur le moral des gens, surtout les enfants. Le fait que les gens se soient réjouis des attentats-suicides l’a bouleversé puisqu’il considérait que c’était dû à leur incompréhension. L’éducation est indispensable pour changer les croyances et les valeurs. Il insiste pour dire que nous devons enseigner aux enfants à aimer, pas à haïr, car la haine détruit les gens. Avec la haine, il n’y a plus d’espoir ni de vie possible. Il me rappelle ensuite la phrase suivante :

    « Pour pouvoir poursuivre le combat tout au long de notre vie, il faut beaucoup d’amour. »

    Il affirme que si les Palestiniens veulent pouvoir poursuivre leur combat, ils doivent aimer – s’aimer eux-mêmes, aimer leur collectivité, aimer même leurs ennemis. Il a appris à ses enfants à ne pas avoir peur des soldats, puisqu’eux aussi sont humains – ils ont un père, une mère et sont peut-être même parents. Ce faisant, il ne veut pas que les enfants craignent les soldats, car la peur n’engendrera rien de positif.

    Au cours des 13 dernières années, malgré le contexte difficile et les défis, Teacher Creativity Center, l’organisme de Refaat, a formé plus de 25 000 enseignants à Gaza et en Cisjordanie. Il a été contacté par plusieurs autres pays arabes qui veulent transmettre sa vision et la mission de son organisme. En conséquence, il cherche aujourd’hui à mettre en place son organisme dans huit pays.

    Il dirige son organisme en prêchant les mêmes valeurs qu’il enseigne, y compris la tolérance, le respect et l’inclusion. Il collabore avec plusieurs instances, notamment la collectivité, le secteur privé, des organismes communautaires, des mouvements politiques, des jeunes, des ONG comme Oxfam et des organisations nationales.

    Martin St-Amant, représentant Oxfam Québec en Palestine, Refaat Sabbah du TCC et Roxanne Tremblay, Conseillère Suivi et Évaluation pour Oxfam Québec en Palestine

    À la fin de l’entrevue, je lui ai demandé ce qu’est son rêve et il m’a répondu ceci :

    « Avoir un État, un État commun démocratique pour Israël et la Palestine, et parvenir à une égalité sur les plans de la citoyenneté et de la justice. »

    J’ai été touchée par le leadership dont fait preuve Refaat pour créer un organisme prospère qui a un impact positif sur les enfants – les futurs citoyens – de la Palestine. Mais j’ai surtout été touchée par la transcendance qu’il a manifestée – sa capacité de transcender l’environnement dans lequel il vit, les difficultés de la vie quotidienne, la haine et la violence pour arriver à apprendre aux enfants à connaître leur propre valeur ainsi que les valeurs profondes que sont l’amour et la compassion… 

    On ne pourrait faire mieux… Refaat, je te salue, et je salue ton courage, ta gentillesse, ton incroyable résilience ainsi que ta force et ta détermination. 

     

    Note: Un grand merci à Mireille Letellier pour la traduction de ce blogue.

  • L’effet multiplicateur de l’autonomisation des femmes au Vietnam

     

    Jeudi, nous analysons et élaborons les diverses stratégies, tactiques et actions que chaque pays veut entreprendre afin de réaliser ses propres objectifs de changement. Puis, nous discutons une approche de gestion de changement, un processus qui aide à systématiser l’implantation de ce que nous avons vu cette semaine. Nous passons aussi en revue une approche psychologique du changement, permettant de comprendre le processus individuel de chaque acteur de changement.

    Plus la semaine avance, plus je sens que les notions abordées sont intégrées par les participants. Les témoignages personnels, quelquefois intimes, se multiplient et le partage devient vraiment riche entre les représentants Oxfam et les partenaires. On sent une véritable collaboration et un désir d’aller au-delà de cet atelier pour partager ensemble les expériences, s’inspirer des autres pays, permettant des innovations et une complémentarité des approches. Je sens que nous dépassons les objectifs premiers de l’atelier et qu’au-delà du transfert de connaissances et de l’application pratique des thèmes, nous sommes en train de construire une communauté de pratique qui, on l’espère s’inscrira dans le long terme.

    Durant le dîner, j’en profite pour faire une entrevue avec Julie Théroux-Séguin, représentante Oxfam Québec au Vietnam. Julie possède un baccalauréat et une maîtrise en sciences politiques avec une spécialisation en études féministes. Son parcours témoigne de son intérêt pour la coopération internationale. Après ses études (dont une partie fût faite en France et au Mexique), elle accumule les expériences de coopération au Mali, en Haïti et se retrouve finalement au Vietnam il y a 4 ans en tant que Conseillère égalité entre les sexes. Elle prend ensuite la responsabilité de représentante en 2011.

    Julie Théroux-Séguin, représentante Oxfam Québec au Vietnam

    Julie me décrit l’environnement où elle évolue au Vietnam. Ce pays en émergence vit actuellement une véritable transformation qui se traduit par une rapide croissance économique et un accroissement du développement. On note entre autres une migration de plus en plus grande interne au Vietnam (rural vers urbain) et entre le Vietnam et les pays voisins, ce qui apporte ainsi des problématiques dont OQ doit se soucier.

    Lorsque je lui demande comment elle s’adapte au pays, elle me mentionne que la difficulté pour les étrangers se situe non seulement au niveau de la langue, mais surtout au niveau du respect du ‘code social’. Il est difficile pour un étranger de comprendre, d’appréhender et d’intégrer ce dernier, omniprésent dans toutes les relations, que ce soit dans un contexte professionnel ou social. Maîtriser la langue, comme Julie le fait en bonne partie, est certainement un atout mais les pratiques, les codes sociaux doivent également être apprivoisés afin d’être efficace dans son travail.

    En termes du programme de coopération volontaire d’Oxfam Québec (OQ) au Vietnam, Julie m’explique qu’il  repose sur 3 axes principaux :

    1) La gestion intégrée des ressources naturelles, autant pour l’agriculture, la foresterie et l’eau. Il s’agit de sensibiliser et travailler de pair avec les partenaires et les acteurs locaux afin de permettre à la population de participer activement dans la gestion durable des ressources naturelles et d’assurer leur propre subsistance.

    2) Migration sécuritaire et questions urbaines

    Au travers de ses partenaires, OQ agit pour renforcer les capacités locales des populations, à connaître et être en mesure de revendiquer leurs droits surtout pour les migrants. Les partenaires travaillent également à renforcer la collaboration entre les acteurs importants en contact avec les migrants, que ce soit les gardes frontières ou les services de soin de santé, afin que les services soient plus adéquats et réduisent la stigmatisation que certains migrants et migrantes peuvent vivre.

    Par exemple, OQ et ses partenaires organisent des ‘dialogues sociaux’ entre le Ministère du Travail, la population et l’Union des Femmes (organisme partenaire de Oxfam travaillant pour la défense des droits des femmes), permettant ainsi un début de dialogue, une ouverture qui permettra le changement à plus long terme et visera l’autonomisation. La Vice-Présidente de l’Union des Femmes de la province de Nghe An, Giang Le thi Huong, et Hien Minh Thi Nguyen, Coopérante Volontaire d’Oxfam, participent également à ces actions.

    Giang Le thi Huong, Vice-Présidente de l'Union des Femmes de la province de Nghe An
    Hien Minh Thi Nguyen, Coopérante Volontaire d'Oxfam Québec

    3) Justice entre les femmes et les hommes

    OQ et ses partenaires travaillent à l’autonomisation économique et le leadership des femmes ainsi qu’à la réduction de la violence faite aux femmes.

    OQ croit fermement au renforcement des capacités des acteurs locaux afin de stimuler leur engagement, les rendre autonomes et servir de levier de changement. À cet effet, elle forme les partenaires sur l’égalité entre hommes et femmes, les accompagnant ensuite afin de devenir formateurs à leur tour auprès de la population. La méthode est hautement participative et permet la prise de parole des femmes.

    L’un des exemples marquants de l’impact de ces sessions a été vécu alors que l’une des participantes, devenue formatrice à son tour, animait une session avec la population. Elle demanda à ses participantes quelle était leur vision de leur propre vie, leur souhait le plus cher. L’une d’elles mentionna qu’elle souhaitait plus que tout que son mari l’aime, qu’elle ait la considération de sa famille pour son travail, qu’elle soit partie intégrante de sa famille et de sa communauté. En bref, elle voulait être reconnue, être validée en tant qu’individu et en tant que femme.

    La formatrice fût si touchée par ce témoignage (un tel dévoilement personnel étant rare au Vietnam) qu’elle décida de se livrer personnellement. Bien que cela ne fût pas facile pour elle, suite à sa propre formation, elle avait décidé de parler à son mari et de lui expliquer que son propre bonheur était important et qu’elle souhaitait être reconnue, que son bonheur rayonnerait ensuite sur toute la famille. Elle expliqua ensuite au groupe que cette discussion avait permis d’amorcer des changements dans sa vie personnelle.

    Le témoignage de cette formatrice a trouvé son expression lors de cet atelier et a ensuite allumé d’autres femmes et leur a fait voir un message d’espoir, leur a montré que c’était possible. Les actions d’OQ et de ses partenaires ont donc eu un effet multiplicateur en suscitant d’autres femmes à s’engager.

    Avant de quitter, je demande à Julie sa motivation pour faire ce type de travail. Elle me parle d’idéaux de justice, d’autonomisation de la communauté et de transformation des relations de pouvoir. Elle m’explique venir d’une famille ouverte et que sa prise de conscience personnelle s’est concrétisée à l’université. Étant elle-même femme, elle ne pouvait tourner le dos à ces injustices basées simplement sur le fait d’être née fille et de voir ses opportunités diminuées de par ce simple fait.

    Quand je lui demande ce que nous pouvons tous, individuellement, faire, elle me parle avec conviction de ne pas accepter ces différences basées sur le genre, de militer, de demeurer critique et de rester alerte à ce qu’on cultive et véhicule comme valeurs dans notre société. Ce qui me marque chez elle, au-delà de son engagement et de son habileté à articuler ses idées, c’est également sa vision, sa décision de ne pas se complaire dans les actions actuelles mais de voir plus grand et d’imaginer un monde meilleur.

    Merci Julie pour ton temps et pour avoir partagé avec moi ta vision et tes actions.

     

     

  • Une arrivée en douceur

    Après un départ aux premières heures du jour, un détour en Floride et un vol plein de cris d'enfants, me voici au Honduras.

    Sans détour, je vous avoue n'avoir presque rien vu encore. Entre l'aéroport et le petit hôtel pittoresque où nous sommes installés, c'est surtout les franchises des grandes chaînes de restauration rapide américaines qui m'ont fait de l'oeil. Les rues ne sont pas bruyantes et chaotiques comme au Bénin ou en Haïti. À Tegucigalpa, capitale du Honduras, l'ambiance est feutrée et silencieuse. Presque malaisante, surtout si on la juxtapose aux recommandations du Ministère des affaires étrangères et Commerce international du Canada.

    Tout est calme. La chaleur est douce et réconfortante. Une brise légère soulève les quelques feuilles vertes encore visibles sur les arbres. En cette saison sèche, le paysage est sobre. L'or et le vert se côtoient et le jaune domine. Au loin, quelques fois, un bruit de sirène casse le silence, mais le tout semble camouflé derrière une certaine gêne. Même les oiseaux piaillent en chuchotant.

    Léa a commencé à prendre quelques photos, mais les directives de sécurité qui nous confinent à l'intérieur des paramètres de notre hôtel limitent sa créativité. Il n'y aura donc pas de reportage photos accompagnant ce premier billet.

    Je me reprendrai demain puisque dès les premières lueurs du jour, nous partons en direction de San Lorenzo afin de rencontrer les coopérantes et les coopérants volontaires d'Oxfam-Québec.

Suivez-nous sur :
  • Icône Facebook
  • Icône Twitter
  • Icône Flickr
  • Icône YouTube