Ouragan Matthew – bilan des destructions en Haïti

oq

7 octobre 2016 –

À mesure que les équipes d’Oxfam accèdent aux zones les plus touchées en Haïti, les dommages laissés par l’ouragan Matthew sont plus évidents, ainsi que les besoins humanitaires urgents des personnes touchées.

Plus de 300 personnes ont été tuées dans la zone la plus touchée, au sud, selon les autorités de la protection civile. Le bilan de décès s’alourdira probablement.

Des milliers d’Haïtiens ont perdu leur maison. Les données officielles montrent que dans les départements du Sud et Grande Anse, 29 000 maisons ont été détruites. À travers le  sud-est d’Haïti, de vastes régions sont inondées et plus de personnes pourraient perdre leur maison.

Jean Claude Fignolé, directeur du programme d’Oxfam en Haïti, a déclaré: «Nous craignons que les chiffres augmentent considérablement à mesure que les équipes d’urgence avancent dans la zone. Le plus urgent maintenant est de fournir de l’eau potable pour prévenir la maladie, ainsi que de la nourriture et des denrées essentielles. À plus long terme, nous craignons l’apparition de cas de choléra et de malnutrition due à la perte des plantations. La mobilisation de la communauté internationale en faveur du peuple haïtien est nécessaire de toute urgence.  »

Les équipes d’Oxfam commencent à acheminer l’aide dans les villes de Saint Louis du Sud, Maniche, Les Cayes et Cavaillon, qui sont parmi les plus touchés par l’ouragan. Des kits d’hygiène et des comprimés de purification d’eau pour prévenir les maladies telles que le choléra ou la diarrhée, ainsi que des matériaux de construction, sont distribués. Oxfam prévoit également de réparer ou d’installer des réservoirs d’eau.

À Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, beaucoup ont également subi les conséquences de l’ouragan Matthew, mais dans une moindre mesure.

Marcele Duby, qui vit dans le quartier de Truitier à Port-au-Prince, a dit à Oxfam: «Si elle [l’ouragan] avait eu lieu au milieu de la nuit, j’aurais perdu mes enfants, mais c’était en plein jour, et j’ai pu les sauver. L’eau dans la maison m’arrivait au niveau de la taille. J’avais peur parce que si l’eau avait augmenté un peu plus, nous n’aurions pu faire quoi que ce soit pour nous sauver « .

60 000 Haïtiens vivent déjà dans des camps, dans la capitale suite au séisme de 2010, qui avait fait au moins 230 000 morts. Beaucoup des habitants de ces camps ont perdu leurs biens rares en raison de l’ouragan Matthew. Beaucoup de maisons dans les quartiers pauvres de la capitale comme Ti-Ayiti restent inondées.

Jimmy Leys, un résident de Ti-Ayiti, a déclaré: «Les enfants vont tomber malades à cause des inondations qui provoquent des épidémies. Certaines femmes enceintes sont déjà malades. Elles souffrent de diarrhée et du paludisme; des maladies bien connues ici… »

Oxfam-Québec lance l’appel aux dons. Oxfam appelle la communauté internationale à intervenir et à soutenir une réponse humanitaire immédiate. Le gouvernement haïtien, les organisations locales et internationales doivent tous travailler ensemble pour sauver des vies. Les récoltes perdues et les inondations rendent la population vulnérable face à une crise alimentaire et de la santé qui doivent être empêchées.

Images d’Haiti: http://imagenesypalabras.oxfamintermon.org/?c=6968&k=76a54deb8f