Oxfam au Bénin – ASSOVIE

Lorsqu’elles quittent leur famille pour s’installer chez des gens plus aisés, on leur promet une éducation et on leur fait miroiter un avenir plus heureux. Pourtant elles écopent souvent des tâches manuelles et travaillent pour subvenir aux besoins de la famille qui les accueille.

On les appelle vidomégon, ou  «enfants déplacés » en langue fon. Ces jeunes, principalement des filles, qui rêvent d’apprendre finissent souvent par travailler dans les marchés où dans les champs plutôt que d’apprendre à lire et écrire. L’organisation béninoise Assovie a voulu s’attaquer au problème en partant du principe que si les jeunes ne peuvent pas se rendre à l’éducation, c’est l’éducation elle-même qui se rendrait à eux.

L’ONG Assovie a connu une belle progression depuis sa création en 2001. Au départ, quelques salles de classe avaient été implantées dans des marchés de la ville de Cotonou. Aujourd’hui, on en compte une vingtaine dans plusieurs villes du Bénin.

Le choix stratégique de l’implantation des classes dans les marchés contribue au succès du projet. Souvent, c’est dans ces marchés que les vidomégons sont contraint de travailler afin de contribuer aux revenus de la famille. Le fait d’avoir des classes sur les lieux de travail permet aux jeunes de concilier travail et école. La proximité et les horaires adaptés servent également d’argument de taille lorsqu’il est temps de convaincre les tuteurs de laisser les enfants aller en classe.

Ainsi, les jeunes acquièrent non seulement les connaissances de base, mais également des notions importantes sur l’éducation sexuelle, l’hygiène et la santé personnelle ainsi que sur l’économie familiale. À cela s’est greffée une école alternative dans laquelle ils peuvent obtenir un diplôme d’études primaires en trois ans au lieu de six, ce qui encourage fortement les enfants n’ayant pas fréquenté l’école de façon continue.

Avec le temps, Assovie a voulu apporter un soutien plus complet pour les jeunes. Le secteur d’orientation, de formation et d’insertion fût donc implanté, offrant entre autres des cours de coiffure, de couture, de photo et de mécanique afin d’assurer un avenir professionnel à ses protégés. Des formations en marketing et gestion sont offertes pour les plus entrepreneurs. Une petite équipe psychosociale s’est également jointe à l’ONG afin d’assurer un épanouissement saint aux jeunes.

Plusieurs exemples de persévérance et surtout de succès ont vu le jour grâce à la collaboration entre Assovie et Oxfam. Ensemble, ils continuent de travailler fort pour encourager, éduquer et valoriser la jeunesse béninoise.