Un voyage qui change une vie

Samedi 21 février 2015. Neuf jeunes âgés de 15 à 17 ans, accompagnés de leurs 3 intervenants mentors, s’envolent pour la Bolivie. Ces 12 personnes forment la toute première cohorte du projet Azimut : un stage de coopération internationale organisé conjointement par Oxfam-Québec et la Maison de Jonathan, organisme qui a pour mission d’aider les jeunes décrocheurs.

Azimut est né d’un rêve qu’André Sauvé caressait depuis longtemps : celui de faire se rencontrer les jeunes décrocheurs d’ici et d’ailleurs pour apporter un regard nouveau à leurs réalités et s’enrichir mutuellement.

Pour Serge Gladu, 17 ans, il s’agissait bien plus que d’un stage. C’était d’abord un premier voyage hors-Québec, puis une expérience unique qui a transformé sa vie. « Ça m’a donné encore plus de maturité. Parce qu’on réfléchit à la chance qu’on a après. »

Julie Dubois, agente de communications chez nous, est allée à sa rencontre :

Julie – Parle-moi de toi! Qui est Serge Gladu?

Serge – J’ai deux parents, une mère et un père, dit-il avec un ton humoristique. J’aime aussi beaucoup le hockey, je suis quasiment un nouveau Paul Houde! […] L’école, c’était pas une force pour moi. Pas parce que j’étais mauvais… j’ai eu beaucoup d’intimidation, je dirais pendant 6 ans à peu près. Ça a commencé au primaire et ça a duré jusqu’à mon secondaire. Je suis venu ici (la Maison de Jonathan) à cause que j’ai décroché de l’école. Ici, t’arrives d’un monde où tu te fais traiter de ʺBSʺ à ʺSalut, comment tu vas?ʺ

Julie – Qu’est-ce qui t’a le plus marqué de ton voyage en Bolivie?

Serge – Le chemin entre Tarabuco et Pisili. Quand on est descendus du mini-car, on a vu des enfants tous sales. C’est pas que ça m’a répugné, mais ça m’a fait un petit choc. Faque on les a lavés. On leur a donné des pommes. On leur a donné des fruits. Pis dans leurs yeux, c’était cool de voir comment ça les rendait heureux. Ça frappe, c’est plus fort qu’un coup de poing.

Julie – C’est quoi ton plus grand rêve?

Serge – Je veux au moins finir mon secondaire 5, pis après aller en travail social au Cégep du Vieux-Montréal. J’aimerais ça être intervenant ici, à la Maison de Jonathan, pis aider les jeunes comme moi. Tout ce qu’il te faut dans la vie, ça passe par ici pour moi. C’est sûr que je vais finir mes études un jour. Je vais peut-être même y aller pis redécrocher, mais je vais y aller étape par étape.

Julie – Si tu pouvais changer une chose dans le monde, ce serait quoi?

Serge – Ce serait que tout le monde ait un toit. Bin en fait, ce serait un premier départ… Si j’étais un génie et que je te donnerais un vœu à toi, ce serait quoi?

Julie – Tout le monde mangerait 3 repas par jour…

Serge – Bin moi, tu vois, je demanderais d’avoir tous les vœux que je veux. Comme ça, déjà là, tu peux faire tout ce que tu veux!