Heather_Davos_2016(1)

62 personnes possèdent autant que la moitié de la population mondiale

En amont de Davos, Oxfam publie « Une économie au service du 1 % »

Selon le rapport « Une économie au service des 1 % », publié aujourd’hui par Oxfam à l’occasion de la rencontre annuelle des élites mondiales de la finance et de la politique à Davos, des inégalités galopantes créent un monde où 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Ce chiffre était de 388 il y a cinq ans.

Les dirigeant-e-s du monde parlent de plus en plus de la nécessité de lutter contre les inégalités et, en septembre dernier, ils se sont fixé l’objectif de les réduire. Pourtant, l’écart entre la frange la plus riche et le reste de la population s’est creusé de façon spectaculaire au cours des douze derniers mois. À la veille de la rencontre de Davos de l’an dernier, Oxfam avait prédit que les 1 % posséderaient plus que le reste du monde en 2016. Cette prédiction s’est en fait réalisée dès 2015 : un an plus tôt.

Oxfam réclame des mesures urgentes pour faire face à la crise des inégalités extrêmes, qui menace de faire reculer les progrès accomplis dans la lutte contre la pauvreté au cours de ce dernier quart de siècle. En priorité, l’ONG appelle à mettre fin à l’ère des paradis fiscaux, qui a vu de plus en plus d’entreprises et de particuliers recourir aux centres offshore afin d’éviter de verser leur juste contribution à la société. Cette pratique prive les États de précieuses ressources nécessaires pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.

Winnie Byanima, directrice générale d’Oxfam International, qui assistera de nouveau à la rencontre de Davos, après l’avoir co-présidée l’an dernier, déclare : « Il est tout simplement inacceptable que la moitié la plus pauvre de la population mondiale ne possède pas plus que quelques dizaines de personnes extrêmement fortunées.

« Les dirigeant-e-s du monde s’inquiètent de l’aggravation de la crise des inégalités sans pour autant prendre des mesures concrètes. Le monde est devenu beaucoup plus inégalitaire et la tendance s’accélère. Nous ne pouvons pas continuer à laisser des centaines de millions de personnes souffrir de la faim, alors que les ressources qui pourraient les aider sont amassées par quelques personnes en haut de l’échelle.

« J’exhorte les gouvernements, les entreprises et les élites réunies à Davos à contribuer à mettre fin à l’ère des paradis fiscaux, lesquels alimentent les inégalités économiques et empêchent des centaines de millions de personnes de sortir la pauvreté. »

Si les dirigeant-e-s du monde souhaitent vraiment atteindre l’objectif d’éliminer l’extrême pauvreté d’ici à 2030, qu’ils se sont fixé en septembre dernier, il sera essentiel de permettre aux États de percevoir les impôts qui leur sont dus par les entreprises et les grandes fortunes.

La montée des inégalités s’explique également par une autre des grandes tendances mises en lumière dans le rapport d’Oxfam : la réduction de la part du revenu national revenant aux travailleuses et travailleurs dans quasiment tous les pays développés et la plupart des pays en développement et le fossé grandissant entre les hauts et les bas salaires. D’ailleurs, les femmes représentent la majorité des bas salaires à travers le monde.

Oxfam réclame des mesures de lutte contre les paradis fiscaux dans le cadre d’une attaque des inégalités sur trois fronts. Les mesures visant à récupérer les milliards de dollars escamotés dans les paradis fiscaux devront s’accompagner d’un engagement, de la part des gouvernements, d’investir dans la santé, les écoles et les autres services publics essentiels qui font une si grande différence dans la vie des plus démuni-e-s, surtout les jeunes et les femmes.

Les gouvernements doivent également prendre les mesures nécessaires pour garantir que le travail rémunère équitablement les travailleuses et travailleurs à tous les échelons, ce qui implique notamment de faire évoluer le salaire minimum vers un salaire décent et de réduire l’écart salarial entre les femmes et les hommes.

« L’extrême richesse est symptomatique d’une économie mondiale malade. La récente explosion des grandes fortunes s’est faite au détriment du plus grand nombre, en particulier des personnes les plus pauvres. »

Bouton_petition_Paradis_fiscaux

En savoir plus sur notre campagne A égalité !