Agnès et son fils Wayne. Par votre don mensuel, vous donnez une voix à des femmes comme Agnès pour réclamer de meilleurs soins de santé. Photo : Katie G. Nelson/Oxfam

Agnès

Des compagnies et des individus ne paient pas leur juste part d’impôt, une occasion ratée de financer les services publics.  Vous savez comme moi que trop souvent, ce sont les femmes et les filles pauvres, qui dépendent le plus des services publics de santé et qui doivent s’occuper de leurs proches, qui sont les plus touchées par cette situation.

Des femmes comme Agnès, 25 ans, qui vit au Kenya.

Elle est une travailleuse domestique et élève seule son fils de quatre ans, Wayne. Il y a quelques temps, Wayne a été atteint de la malaria et d’une pneumonie. Agnès a fait comme nous ferions toutes et tous, elle l’a amené à l’hôpital. Mais les médecins ont refusé de le traiter : Agnès n’avait pas d’argent pour payer les soins.

Heureusement, Agnès fait partie d’un projet d’Oxfam qui regroupe des travailleuses domestiques, comme elle. Nous informons les femmes sur leurs droits et les aidons à  exiger des meilleures conditions de travail. Une grande solidarité s’est installée entre ces femmes qui ont aidé Agnès à payer pour les soins de Wayne.
  
Il est aujourd’hui guéri et en pleine forme.

Cette histoire est injuste, mais elle montre l’importance de votre engagement. Ensemble, nous aidons de femmes comme Agnès à se sortir de la pauvreté en lui donnant une voix et du soutien. Et nous faisons aussi pression pour que les règles du jeu changent et pour que les gouvernements, au Kenya comme au Canada, investissent davantage dans les services publics. Merci de nous soutenir de la manière la plus durable.