Budget 2018 : avancées significatives pour l’égalité des sexes ici et à l’étranger

Le gouvernement fédéral vient de publier le budget pour l’année 2018 en mettant l’accent sur la promotion de l’égalité entre les sexes. Oxfam Canada et Oxfam-Québec reconnaissent les efforts mis en place par le gouvernement afin d’écouter les femmes et applaudissent sa détermination à assurer l’égalité des chances tout en luttant contre la violence fondée sur le sexe – un des obstacles majeurs à l’autonomisation des femmes.

Le budget de 2018 démontre également une volonté palpable du gouvernement de soutenir l’égalité des sexes à l’étranger. Afin de renforcer l’impact de la Politique d’aide internationale féministe du Canada, un montant supplémentaire de 2 milliards de dollars a été alloué sur une période de cinq ans à l’enveloppe de l’aide internationale. Ces nouvelles sommes vont avoir un impact concret pour atteindre les objectifs. Cependant, le gouvernement devra continuer à augmenter progressivement l’enveloppe pour atteindre la cible fixée par l’ONU de 0,7 % du revenu national brut. « Plusieurs autres pays ont été en mesure de respecter leurs engagements et de se conformer aux standards internationaux et il est temps que le Canada en fasse autant. Les femmes du monde entier comptent sur nous », a déclaré Anne Duhamel, directrice des politiques chez Oxfam-Québec.

Au cours de la dernière année, le gouvernement a fait des progrès considérables dans son approche de budgétisation sensible aux sexes en consultant à plusieurs reprises des leaders féminins et des organisations de femmes sur la manière dont les revenus et les dépenses affectent différemment les femmes et les hommes. Cette analyse a permis de réévaluer les priorités stratégiques du budget de cette année, en plus d’introduire une législation pour garantir la pérennité de cette approche ainsi qu’un cadre pour suivre les progrès.

« […] cette année, nous avons vu davantage de femmes incluses dans le processus de consultation budgétaire. Au cours de la prochaine année, nous voulons voir des points de vue plus diversifiés et faire en sorte que les femmes au bas de l’échelle économique aient également leur mot à dire sur les décisions économiques importantes qui touchent directement leur vie », a déclaré Diana Sarosi, gestionnaire de l’équipe politique chez Oxfam Canada.

Par le passé, le manque de ressources allouées aux organismes travaillants pour la condition des femmes a représenté un obstacle majeur à leur pleine participation au processus d’élaboration des politiques. L’annonce d’un financement doublé du programme pour les femmes permettra d’atteindre 40 millions de dollars par année et palier aux lacunes. De plus, le budget de 2018 reconnait désormais Condition féminine Canada en tant que ministère, officialisant ainsi son rôle crucial dans le renforcement du mouvement des femmes au Canada. « Le gouvernement a pris une mesure importante aujourd’hui pour soutenir le travail des organisations féminines du Canada », explique Sarosi.

L’un des principaux objectifs du budget de 2018 est de soutenir la croissance économique du Canada en augmentant la participation des femmes au marché du travail. C’est un geste très important et nous accueillons favorablement plusieurs des mesures prévues à cet effet, telles que des programmes de formation professionnelle, une plus grande flexibilité dans les soins parentaux et des investissements pour soutenir l’entrepreneuriat féminin. Cependant, un obstacle majeur demeure pour les femmes dans le reste du Canada : l’accès à un service de garde universel. « Le gouvernement fédéral devrait suivre l’exemple du Québec où depuis plus de 20 ans, les Québécoises ont accès à un service de garde universel. Résultat : en 2016, 85 % des Québécoises de 20 à 44 ans ont occupé un emploi ou en ont cherché un. C’est le plus haut taux d’activité féminin sur le marché du travail observé dans les pays avancés », souligne Anne Duhamel.

Je fais un don ligne pour les fêtes