Construire un avenir durable avec les jeunes

Haythem Abid, conseiller en autonomisation économique des jeunes et des femmes
Propos recueillis par Julie Amira Byrnes, conseillère en communication au Pérou

Haythem est tout fraîchement arrivé sur le terrain en Jordanie. Un baccalauréat en administration et une maîtrise en gestion de projets en poche, Il a d’abord participé à son premier projet de coopération internationale pour étudier et contribuer à des projets d’innovation sociale au Brésil. Cette dernière expérience fut révélatrice : il savait maintenant qu’il voulait travailler en développement international.

« Le poste de conseiller en autonomisation économique avec Oxfam était parfait pour combiner mes connaissances en finance et en entrepreneuriat ainsi que mes aspirations professionnelles. En plus, je parle arabe, ce qui m’aide à créer des liens avec mes collègues et nos partenaires sur le terrain. »

Tes premières impressions de la Jordanie ?

Lorsque Haythem décrit ses premières impressions de la Jordanie, il décrit une mosaïque.
Il explique que les enjeux socio-culturels, politiques et que les relations entre les générations sont bien différentes qu’au Québec. Il y a une grande population de réfugiés palestiniens et syriens, ce qui ajoute à la complexité des dynamiques sociales.

Haythem désire adapter son travail à la réalité jordanienne. Il veut encourager le dialogue intergénérationnel et la collaboration entre les hommes et les femmes.

Haythem partage une anecdote, le sourire aux lèvres, sur la différence de langue :

Je parle un arabe un peu différent que celui parlé ici, ce qui peut causer des moments un peu loufoques. J’ai rencontré un partenaire qui m’a dit qu’il avait mal au dos. J’ai voulu lui souhaiter bon rétablissement et je lui ai dit, sans le vouloir, qu’il avait un problème de santé mentale. Je vais devoir réajuster mon vocabulaire.

En quoi consiste ton mandat ?

Haythem dédie une partie de son temps à la recherche pour identifier les barrières à surmonter pour que les femmes aient accès au marché du travail. Il explique que le harcèlement dans le transport en commun, l’absence de garderies, le mariage précoce des jeunes filles, entre autres, contribuent à complexifier leur présence dans cette sphère de la société. Haythem explique :

« Dans le cadre de mon travail, j’ai rencontré une femme de 32 ans qui est grand-mère. Elle a été mariée à 14 ans et sa fille aussi. Oxfam fait des campagnes de sensibilisation sur ce thème. »

De plus, le conseiller technique développe, en collaboration avec Oxfam en Territoire occupé palestinien, un outil de travail sur l’entrepreneuriat social dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Ce document encourage, entre autres, les organisations partenaires à postuler sur des appels d’offre qui soutiennent les projets d’économie sociale.

Un autre projet consiste à travailler à la construction d’un espace pour les jeunes avec l’organisation partenaire I Dare. Celui-ci consiste à créer un espace pour les jeunes marginalisés qui ont du talent et de la créativité pour qu’ils aient accès à un espace formatif, à des outils de travail, à des ateliers, etc.

« J’ai rencontré une vingtaine de jeunes et ensemble nous avons fait un remue- méninges pour créer l’espace avec eux, à leur image et adapté à leur réalité. Ceci fait partie des bonnes pratiques de gestion de projet que nous mettons en œuvre sur le terrain. »

%d blogueurs aiment cette page :