Soutenir l’agriculture et la nutrition des femmes et enfants au Nigéria

Le Nigéria est le pays le plus peuplé du continent africain. La pauvreté et les inégalités y sont en augmentation.

Dans l’État de Bauchi, 85 % de la population vit de l’agriculture. Cela représente près de 4 millions de personnes, majoritairement des femmes et des jeunes. Le taux de mortalité de cette région est très élevé, pratiquement le double de la moyenne nationale. Cette triste réalité affecte principalement les enfants de moins de 5 ans.

Les faibles rendements agricoles posent de nombreux défis dans la lutte contre la malnutrition et la pauvreté dans cette région.

Le projet que nous menons permet à des milliers de familles de bonifier les récoltes, d’augmenter leurs revenus, de mieux se nourrir et d’améliorer leurs conditions de vie.

 

Il se décline en deux principaux volets.

L’amélioration de la nutrition, surtout des nouveau-nés

L'objectif est d'améliorer l'alimentation de l'ensemble des familles, et particulièrement celle les femmes enceintes et les enfants.

Oxfam et ses partenaires locaux organisent des activités d’information dans le but de développer les connaissances nutritionnelles des mères. Elles sont également accompagnées dans la création d’un potager familial pour diversifier les aliments disponibles.

D’importantes campagnes de sensibilisation sont menées sur l’allaitement maternel exclusif lors des 6 premiers mois de la vie des nourrissons. Le lait maternel assure en effet l’ensemble des besoins nutritionnels, mais la majorité des parents nigérians l’ignorent.

Des moyens de substances dignes et durables

Ce volet vise à répondre de façon autonome aux besoins alimentaires de la population. Le projet permet de donner accès à la terre, mais aussi à des semences adaptées et des outils aux femmes et aux jeunes. De plus, Oxfam les accompagne pour accroître leurs compétences agricoles et s’organiser en coopératives.

Des formations continues sont offertes afin de les aider à développer leur filière :

  • en gestion d’entreprises d’économie sociale,
  • en techniques agricoles innovantes,
  • en transformation et en commercialisation de produits dérivés.

Le projet en chiffres

  • 10 000 familles et 600 coopératives agricoles accompagnées
    80 000 bénéficiaires indirects
  • 6 zones ciblées
  • Distribution de 9 000 trousses d’intrants agricoles (semences, fertilisants, etc.)
  • Création de 216 coopératives agricoles et agroalimentaires
  • 123 formations en techniques de production agricole et d’élevage
  • 180 formations en gestion et gouvernance d’entreprises agricoles
  • 41 formations sur les questions de genre en agriculture
  • Sensibilisation de 1 000 femmes à la nutrition du nouveau-né (allaitement maternel exclusif)

Le témoignage de Lantana

Latana with her daughter Maryam

Maryam est le sixième enfant de Lantana Aminu, 37 ans. La famille vit dans le village de Nahalo, à Ningi, et a bénéficié cette année du volet nutrition et alimentation du projet mis en place par Oxfam.

« Quand Oxfam est arrivée, j’étais enceinte et je me suis dit que j’allais essayer cette nouvelle idée pour voir si mon enfant serait plus en santé que les autres »,

« Grâce à ces formations, j’ai appris que le lait maternel contient des anticorps qui aident le bébé à combattre les maladies. Maryam n’a pas souffert de diarrhée et de pneumonie comme les autres enfants. L’eau que l’on utilise pour les purées n’est pas assez bonne pour les nouveau-nés qui sont plus fragiles que nous. C’est frappant comme les bébés nourris exclusivement au sein pendant les six premiers mois, sans aucun autre aliment, ont moins d’infections, de maladies respiratoires et de diarrhée. »

Vous recevrez un courriel par mois pour vous tenir informé !