Des services publics pour toutes et tous

ON EN PAIE LE PRIX

Avoir accès aux services publics ne devrait pas être une question de chance.

 

  • Léa devrait avoir accès au soutien dont elle a besoin à l’école.
  • Michèle ne devrait pas avoir à se battre pour que son père reçoive des soins de base, comme un bain.
  • Élise ne devrait pas avoir à quitter son emploi parce qu’elle ne trouve pas de place dans un CPE pour son garçon.

Il est temps d’agir! Il est temps de défendre et de renforcer les acquis sociaux du Québec:

L’accès universel à des services publics de qualité permet de lutter contre les inégalités et la pauvreté. Par exemple, la création des Centres de la petite enfance abordables (CPE) et la mise sur pied du régime des congés parentaux ont contribué à l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail, à l’accroissement de leurs revenus et à l’essor économique du Québec.

Avec des services publics qui profitent à toutes et à tous, on bâtit une société plus juste.

De même, l’accès universel à un système d’éducation public a permis aux jeunes d’entrevoir l’avenir avec un plus large éventail de possibilités
Les élites ont une influence démesurée sur le pouvoir et le système économique (voir les rapports d’Oxfam sur les inégalités).

Les femmes et les jeunes souhaitent être engagés dans les processus décisionnels afin que leurs besoins et leurs idées soient mieux pris en compte.

Si nous voulons lutter contre les inégalités, il faut donner plus de voix à celles et ceux qui en subissent principalement les conséquences.
Les impôts et les taxes sont essentiels pour garantir l’accès de toutes et tous à des services publics indispensables, tels les soins de santé et l’éducation. Ils sont primordiaux dans la lutte contre les inégalités qui frappent les jeunes et les femmes de plein fouet.

Malheureusement, tous les ans, les États perdent des milliards de dollars d’impôt parce qu’ils laissent les individus fortunés et les multinationales dissimuler leurs richesses dans les paradis fiscaux.

En luttant contre les échappatoires fiscales et les paradis fiscaux, le gouvernement pourra assurer l’accès à des services publics plus complets et de meilleure qualité.
Nous vous avons déjà interpellés au cours des dernières années afin de faire pression sur les décideurs pour qu’ils mettent en place des mesures concrètes pour lutter contre le recours aux paradis fiscaux. Ces actions ont commencé à porter fruit.

En novembre 2017, le gouvernement provincial a déposé un plan d’action pour lutter contre les paradis fiscaux. Le document, qui donnait suite au rapport unanime de la Commission des finances publiques sur le phénomène du recours aux paradis fiscaux, comporte certaines avancées intéressantes, comme l’ajout de ressources dédiées aux planifications fiscales internationales à Revenu-Québec et au ministère des Finances, ou l’accroissement des peines pour les fautifs. Le gouvernement devra cependant faire plus pour réellement freiner le phénomène.

Le gouvernement provincial doit s’attaquer aux racines du problème et changer les règles du jeu pour que les multinationales ne puissent plus légalement détourner leurs profits vers les paradis fiscaux. Il devra aussi prendre un rôle de leader et travailler de concert avec le gouvernement fédéral afin de faire bouger les choses.

Il est temps de remettre en question le système qui aujourd’hui permet aux multinationales et aux individus fortunés de ne pas payer leur juste part d’impôt.

Je fais un don ligne pour les fêtes