Photo: Justine Déret / Oxfam-Québec

Éléonore s’engage pour une société inclusive

Grandir en région

Née en 1999, Éléonore Lefebvre est une jeune Québécoise de Chicoutimi, une municipalité de la région du Saguenay, comptant une population de 60 000 personnes, située à 450 km au nord de Montréal.

C’est sur la base militaire régionale et dans un environnement bordé de lacs et de forêts boréales qu’elle a été élevée par des parents aimants, entourée de ses frères.

Dès le plus jeune âge, elle était touchée et portée par plusieurs grands enjeux, telles la lutte contre la pauvreté et la solidarité internationale, tout en étant  férue de littérature et de théâtre. Une rêveuse pour son entourage…

À 14 ans, quand son professeur d’histoire sondait ses amis sur leurs désirs d’avenir, Éléonore se sentait en décalage avec les autres jeunes. Certains de ces derniers rêvaient de grandes maisons, de belles voitures et de grandes familles. Éléonore rêvait de son côté à un monde plus juste, dans lequel chacune et chacun trouverait sa place, bref un monde plus équitable pour toutes et tous. Elle définissait ses aspirations et son projet d’avenir.

« Dans mon entourage, le contexte est différent de celui que j’ai trouvé dans les grandes métropoles. J’avais du mal à trouver ma place, raconte Éléonore.  Les offres et les occasions de s’impliquer dans la solidarité internationale étaient difficiles à trouver ».

Trouver sa voie

C’est en arrivant au cégep qu’elle a trouvé ses repères et débuté son implication sociale. À travers la promotion du commerce équitable et en s’impliquant dans le Magasin du Monde* de son cégep, Éléonore a enfin pu concilier ses passions et sa volonté de s’engager socialement.

Sortant de son isolement et s’entourant de jeunes gens partageant ses « rêves », Éléonore a donné plusieurs conférences et monté plusieurs pièces de théâtres de son établissement scolaire. Chaque occasion lui permettait de faire rayonner les valeurs de la coopération et la lutte contre les inégalités.

Être plus forte que les critiques

Aujourd’hui, après plusieurs stages et séjours de formation avec Oxfam-Québec, Éléonore s’est tournée vers un enjeu qui lui tient particulièrement à cœur : l’égalité des genres. À travers le projet C’est pour elles aussi!  d’Oxfam-Québec, elle a lancé une campagne contre le slutshaming, une pratique de dénigrement des personnes en fonction de leur apparence, qui persiste malheureusement dans certains milieux.

Éléonore en a elle-même été victime : « Éléonore, si tu n’enlèves pas les photos sur les réseaux sociaux sur lesquelles on voit trop de ta peau, de ta poitrine, tu ne trouveras jamais de travail », lui disait un membre de sa famille. Choquée de recevoir ce type de conseils, et sachant pertinemment que jamais un garçon n’aurait eu un tel commentaire, Éléonore s’était sentie plus motivée que jamais à faire en sorte que sa campagne produise un changement dans sa communauté. « Ne pourrais-tu pas juste te contenter de ce que tu as, c’est plus que ce que nous avions », lui disaient les femmes de son entourage.  « Nous aussi on a vécu du slutshaming toutes nos vies, mais on n‘en est pas morte », ajoutaient-elles.

Mais pour Éléonore, le statu quo n’était pas une option. Pour elle, l’égalité des genres n’est pas encore atteinte et la lutte doit continuer. Tant qu’il y aura des personnes qui souffriront d’exclusion et d’injustice en raison de leur genre ou de leurs différences, elle s’impliquera et utilisera ses connaissances et compétences en sensibilisation pour porter des valeurs de justice.

Aller plus loin

Éléonore est devenue un pilier de l’action communautaire dans sa communauté. En plus de créer un buzz sur Facebook au sein de son réseau et de ses proches, de joindre la municipalité de Chicoutimi au mouvement international contre le slutshaming*, Éléonore a aussi réussi à sensibiliser ses amis, sa famille et aussi son école.

Sa prochaine étape : s’inscrire à un programme de maîtrise qui lui permettra d’approfondir certains enjeux sociaux mondiaux et pourquoi pas un stage au sein d’un autre organisme pour élargir ses connaissances, puis les partager. Faire des conférences auprès des jeunes, les aider à trouver leur voie, à identifier leurs privilèges et transformer la conception qu’elles et ils ont de l’implication sociale, telle est la direction empruntée par Éléonore Lefebvre.


*« Magasin du Monde » est un projet d’entreprise d’économie sociale d’Oxfam-Québec gérée par des jeunes d’établissements d’enseignement de niveaux secondaire et post-secondaire, vouée à la vente de produits équitables et à la sensibilisation aux enjeux liés à la pauvreté.

 *Mouvement qui a débuté en 2011 aux États-Unis – ref #Stopslutshaming