Cynthia D'Cruz, conseillère technique en communication en Territoire occupé palestinien.

Des femmes qui changent le monde

Cynthia D’Cruz, conseillère technique en communication en Territoire occupé palestinien.
Propos recueillis par Julie Amira Byrnes, conseillère en communication au Pérou

Cynthia D’Cruz a passé six mois en Territoire occupé palestinien, en tant que Conseillère Technique en communication.

« Ce fut une des plus belles expériences de ma vie. J’ai découvert que la coopération internationale est un apprentissage mutuel. J’ai pu toucher à une variété de thèmes sur le terrain et j’ai appris à connaître la vie quotidienne des Palestiniennes et des Palestiniens. Parfois les gens ont peur de sortir de leur zone de confort mais il suffit de faire le saut. »

Une journée type dans la vie d’une conseillère technique

Après son thé matinal, Cynthia faisait le suivi de ses projets et planifiait les prochaines étapes des plans élaborés avec les partenaires. Elle donnait aussi des ateliers et faisait parfois des visites sur le terrain.

Son travail consistait à développer des plans stratégiques, à évaluer les outils et canaux de communication des partenaires. Les priorités se développaient avec eux et Cynthia épaulait le développement de leurs connaissances de base en communication.

Ton impression de la Palestine ?

« C’est peut-être le résultat d’un conflit de longue date, mais la solidarité est toujours présente. Lorsque tu viens d’arriver, les gens t’approchent dans la rue pour te dire bonjour et pour te souhaiter la bienvenue. »

Cependant, Cynthia explique qu’en Territoire occupé palestinien, les femmes n’ont pas les mêmes conditions sociales que les hommes. De plus, avec la situation politique, c’est difficile de trouver un emploi. Le droit de se déplacer librement est restreint pour des raisons de sécurité. Les femmes sont souvent victimes de harcèlement en traversant les points de sécurité. Lorsqu’elles entrent avec succès sur le marché du travail, elles sont souvent stigmatisées, on préfère acheter d’un commerce géré par un homme. Nos organisations partenaires travaillent fort pour transformer ces pratiques et pour que les femmes soient en sécurité et légitimées comme femmes d’affaires.

La transformation au féminin

Nos organisations partenaires croient que les femmes sont des agentes de changement puissantes. Elles travaillent au renforcement des capacités et à l’accès au marché du travail. Elles font aussi du lobbying et du plaidoyer pour défier les préjugés. Elles travaillent avec les femmes marginalisées, incluant les femmes des zones rurales.

Concrètement, l’organisation Asala développe les capacités des femmes à gérer leurs propres entreprises. Par exemple, elle aide à développer les habiletés en gestion et en commercialisation de produits.

« J’ai été marquée par la rencontre d’une femme, veuve. En Palestine, normalement, la famille te prend en charge lors du décès de ton époux. Mais le fils de cette femme, un journaliste, a perdu la vie dans des conflits armés, la laissant seule pour subvenir à ses besoins. Malgré l’adversité, elle a ouvert son propre magasin et elle a décidé de vendre des produits provenant de coopératives de femmes, pour soutenir les autres femmes dans sa communauté. Celui-ci est un succès. Elle économise pour garantir son avenir. »

Cynthia D'Cruz, conseillère technique en communication en Territoire occupé palestinien.

Cynthia explique que sans mari, c’est difficile de se trouver un emploi. On essaie de rompre avec la dépendance aux hommes. Elles bâtissent des réseaux d’appui et de solidarité entre femmes entrepreneures.

Cynthia rapporte avec elle au Canada non seulement de belles rencontres et expériences, mais aussi un sentiment de faire partie d’un réseau solide de femmes qui contribuent à construire un monde plus équitable.

%d blogueurs aiment cette page :