Inondations au Bangladesh: Une crise qui s’ajoute à une autre

Des pluies torrentielles ont provoqué la montée des eaux dans le nord du Bangladesh, entraînant de graves inondations, submergeant des villes et détruisant des maisons et des cultures dans une région déjà touchée par la pandémie de coronavirus.

Seulement deux mois après que la région a été frappée par le cyclone Amphan, la tempête la plus violente de la décennie, ces inondations ne font qu’empirer la situation déjà précaire de ces populations. Aujourd’hui un tiers du pays est sous l’eau et plus de 2,2 millions de personnes sont touchées.

Pendant que les familles cherchent à trouver refuge dans les endroits désignés, la crise sanitaire de COVID-19 ne les épargne pas. La distanciation sociale y est difficile et le virus risque de se propager rapidement.

Une population vulnérable face au COVID-19

Sans soutien, les populations seront à risque non seulement de contracter certaines maladies liées à l’eau non-potable (comme le choléra ou la diarrhée), mais également le coronavirus. Au Bangladesh, il y a 199 000 cas rapportés de COVID-19, notamment un nombre croissant dans le camp de réfugiés Rohingyas de Cox’s Bazar où survivent plus de 855 000 personnes réfugiées.

Une crise climatique et une crise sanitaire en même temps

Vincent Koch, directeur de la réponse humanitaire d'Oxfam au Bangladesh se désole:  « Le Bangladesh est déjà confronté à de multiples crises dont la crise sanitaire de la COVID-19 et ses retombées économiques, ce qui rend ces inondations encore plus meurtrières. »

Les camps de réfugiés ne sont pas épargnés

<p>Oxfam staff member Ali (26) works to prepare one of the&nbsp;Rohingya refugee camps in Cox&#039;s Bazar before&nbsp;cyclone Ampang.&nbsp;</p>

Dans le camp de réfugiés de Cox’s Bazar, Oxfam continue de fournir de l’eau et des installations sanitaires et de réparer les infrastructures endommagées par la pluie.

De plus, nos équipes travaillent en première ligne depuis le début de l’épidémie afin de mettre en œuvre des solutions innovantes pour limiter la propagation du coronavirus.

Notamment en distribuant des trousses d’hygiène, en installant des stations de lavage des mains sans contact qui fonctionne grâce à des pédales, mais aussi en sensibilisant 173 000 personnes dans les camps et 9 000 personnes dans la communauté environnante.

Une action immédiate est nécessaire

Dans les communautés du nord touchées par les inondations, Oxfam et ses partenaires se préparent à fournir de l’eau potable, des installations sanitaires ainsi que des abris temporaires pour les populations touchées.

Oxfam est également présente pour aider l’évacuation des populations vers des refuges. Afin de prévenir la propagation du coronavirus, nous distribuons des masques, fournissons des installations sanitaires pour favoriser le lavage des mains et nous aidons à la désinfection des refuges. Étant donné que les inondations rendent l’eau impropre à la consommation, nous sommes également en train d’installer une station de désalinisation afin de fournir de l’eau sécuritaire. Oxfam a besoin de l’appui de ses donatrices et donateurs afin d’apporter une aide rapide aux populations et sauver des vies.