Les justicières et justiciers du Sahel

Parce que les inégalités sont devenues intenables, des mouvements citoyens se multiplient au Sahel. Incarnés par des jeunes et des femmes qui croient au respect des droits, à plus de justice, de transparence et de redevabilité, ces mouvements permettent de lutter contre les inégalités au niveau local. En véritable justicières, ces personnes se dressent au quotidien contre les inégalités.

Marie-Anne lutte pour le droit des femmes
au Mali, notamment par l’écriture.

Marie-Anne - Sahel

« Je refuse d’être dans une cage ».
Diplômeé en droit, Marie-Anne fonde la jeune association « Pour la cause des femmes » avec laquelle elle mène des actions de mobilisation auprès des étudiants. Son but est de convaincre que les femmes ont le droit de revendiquer leurs droits.
En parallèle, comme journaliste et écrivaine, elle se concentre sur la promotion et la reconnaissance des droits des femmes. Elle rédige actuellement la fin de son premier roman qu’elle publiera elle-même.

Pour Kadiatou, l’éducation est la clé
contre les violences dont souffre le Niger.

«Les femmes et les jeunes ne sont pas que vulnérables. On a aussi un potentiel. »
Kadiatou mène des actions de sensibilisation dans les zones rurales de la région de Dosso. Elle travaille auprès de parents pour que les filles soient scolarisées.
Elle s’implique aussi sur les questions de santé et de reproduction, pourtant taboues au Niger.

Kadiatou - Sahel

Adam faisait partie du Parlement des enfants au Mali.
Déçue, elle a décidé de créer un mouvement.

Adam - Sahel

« On parlait des jeunes sans leur demander leur avis ».
Adam faisait partie du Parlement des enfants au Mali. Déçue, elle a décidé de créer un mouvement.
Elle préside aujourd’hui l’association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD). Faisant suite à la campagne d’Oxfam « My Rights, My Voice », l’association vise à sensibiliser et à renforcer le leadership des jeunes dans les villages et les quartiers.
Elle exerce aussi une pression sur les autorités pour que les jeunes soient mieux entendus.