L’intervention d’Oxfam au Bangladesh en photos

Depuis un an, près d’un million de Rohingyas ont fui les violences au Myanmar pour chercher refuge au Bangladesh voisin. Ce nombre sans précédent de réfugiés, dont plus de la moitié sont des enfants, a généré une crise humanitaire de grande ampleur. Oxfam apporte une assistance vitale. Merci à tous nos donateurs et à toutes nos donatrices pour leur soutien!

Grâce à vous, nous fournissons de l’eau et des services d’assainissement et  adaptons nos opérations pour mieux répondre aux conditions de promiscuité générées par le nombre immense de réfugiés.

  • Nous installons actuellement une station d’épuration des eaux usées qui bénéficiera dans un premier temps à 50 000 personnes; un nombre qui devrait atteindre 100 000.
  • Nous creusons des puits et installons des points d’eau, des toilettes et des douches. Pour aider les communautés locales à faire face aux pénuries d’eau, nous acheminons en moyenne 300 000 litres d’eau chlorée par jour dans la zone de Teknaf.
  • Pour aider les personnes à rester en bonne santé et améliorer les conditions d’hygiène, nous distribuons du savon et d’autres produits de première nécessité.
  • Avec l’aide de bénévoles des communautés touchées, nous menons un travail de sensibilisation à l’importance de l’eau potable et d’une bonne hygiène.

Nous fournissons également des coupons à 23 000 ménages, qui peuvent être échangés dans les marchés locaux contre des légumes et des aliments nutritifs en complément des rations de base.

La présence et le soutien d’Oxfam sont toujours nécessaires. Voyez notre communiqué sur la situation un an plus tard.

Votre impact en photos

Habiba, 22 ans, habite au camp de Kutupalong avec ses trois enfants. Elle tient une bouteille d’eau qu’elle a pu remplir à la suite de l’installation de pompes à eau. Elle a fui le Myanmar après que son village a été attaqué. Son père a été tué et elle ignore où est son mari. Avant que les pompes ne soient installées, les enfants buvaient l’eau du cours d’eau, puisqu’il n’y avait pas d’autres options. Ils étaient souvent malades. (Photo : Tommy Trenchard/Oxfam)

Shim, 12 ans, tient fièrement un paquet qu’elle a reçu lors de la distribution de nourriture au camp de Kutupalong au Bangladesh. Les paquets contenaient du riz, des biscuits, du sucre, du savon, de l’eau et de l’huile. (Photo : Tommy Trenchard/Oxfam)

Des bénévoles d’Oxfam trient des trousses d’hygiène pour une distribution dans le camp de réfugiés de Cox’s Bazar. (Photo : Maruf Hasan/Oxfam)

Une pompe pour l’eau potable installée dans le camp de réfugiés de Balukhali. Sur la photo, on voit Sofia et son fils. Elle raconte qu’avant l’installation de la pompe, elle devait marcher 30 minutes chaque fois qu’elle voulait avoir de l’eau, puis attendre en file. Maintenant, elle et sa famille peuvent boire de l’eau potable, se laver et cuisiner. (Photo : Tommy Trenchard/Oxfam)

Abul, 10 ans, pose devant les latrines construites par Oxfam dans le camp de Balukhali dans le sud du Bangladesh. Il nous raconte qu’il devait marcher longtemps pour aller faire ses besoins dans les buissons, même en pleine nuit. Maintenant qu’il y a des latrines à proximité de sa maison, il n’a plus peur d’aller à la toilette. (Photo : Tommy Trenchard/Oxfam)