Oxfam engagée dans la réponse à l’épidémie Ebola en République démocratique du Congo

Depuis la résurgence de l’épidémie à virus Ebola, déclarée au début du mois de mai en République démocratique du Congo (RDC), dans la province de l’Équateur, située au nord-ouest de la RDC, Oxfam multiplie ses efforts de sensibilisation auprès des populations locales afin de contenir la maladie et d’éviter la propagation dans les régions urbaines.

En date du 4 novembre 2018, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirmait 265 cas de maladie à virus Ebola et signalait que 186 personnes sont décédées.

Agir auprès des communautés  touchées

L’épidémie annoncée au début du mois a commencé à Bikoro, dans la province de l’Équateur, au nord-ouest du pays, qui compte 2,5 millions d’habitants. Le risque de propagation dans les régions voisines est jugé élevé. La proximité de la capitale Kinshasa inquiète les autorités sanitaires en raison notamment de la densité de la population.

Oxfam travaille déjà dans la région depuis plusieurs années, avec un bureau à Mbandaka, au nord de Bikoro, notamment dans la mise en œuvre d’un projet en eau, hygiène et assainissement (programme EHA : eau, hygiène et assainissement) dans les écoles.

L’équipe d’Oxfam a lancé une campagne pour informer les populations des meilleurs moyens de se protéger contre le virus Ebola.

Jose Barahona, directeur d’Oxfam en RDC, a déclaré: « La plupart des membres des communautés comprennent la situation et suivent les conseils donnés, mais nous entendons aussi que certains ne croient pas au virus Ebola ou aux médicaments fournis. D’autres en ont peur. Quelques cas de personnes quittant les hôpitaux et refusant les soins ont été signalés, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques. Un certain nombre de pratiques, telles que les enterrements des personnes décédées, peuvent entrainer un grand risque de transmission après la mort. »

Pour accroître la sensibilisation des populations aux moyens de se prémunir contre la maladie, Oxfam va de porte en porte pour les informer, en travaillant avec les agents de liaison communautaires. Oxfam mène également des activités de sensibilisation de masse, y compris des projections de films, des activités de théâtre participatif et soutient les stations de radio communautaires locales. Les équipes travaillent également avec les influenceurs principaux, tels que les chefs religieux et traditionnels.

Oxfam a installé des points d’eau chlorés dans les hôpitaux, les centres de santé et les écoles. Oxfam aide à désinfecter les maisons dans lesquelles des cas d’Ebola ont été détectés et fournit également des trousses de désinfection et d’hygiène aux communautés. À ce jour, Oxfam a aidé plus de 200 000 personnes, à Beni, en Ituri et à Goma.

Tirer des leçons de l’épidémie Ebola de 2014

En 2014, l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l’Ouest avait couté la vie à plus de 11 000 personnes et dévasté des communautés entières sur le plan économique et psychosocial, principalement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Oxfam avait alors apporté une aide à plus de 1,4 million de personnes affectées par cette crise et contribué activement à la réponse. En Sierra Leone et au Liberia, Oxfam avait installé des infrastructures d’eau, telles que des réservoirs et des conduites, dans des dizaines de centres de santé et fourni du matériel médical, notamment des masques, bottes et gants de protection, ainsi que du chlore et du savon. Des centaines de stations de lavage des mains avaient été construites et des trousses contenant masques, combinaisons, lunettes, bottes, gants, chlore et housses mortuaires avaient été fournies aux équipes procédant à la recherche des contacts et prenant en charge les dépouilles.

Devant la crise qui se déroule actuellement, Oxfam tire avantage des leçons apprises de l’épidémie de 2014. La mobilisation des communautés est, depuis, unanimement reconnue comme une composante essentielle des opérations menées pour faire face à l’épidémie d’Ebola.

Je fais un don ligne pour les fêtes