Photo: Justine Déret / Oxfam-Québec

Rhita milite pour la représentativité des femmes racisées

À travers son engagement citoyen, Rhita sensibilise les jeunes de son âge à l’égalité des genres et s’implique activement pour améliorer la représentativité des femmes racisées dans les instances décisionnelles.

Rhita est une jeune femme d’origine marocaine qui a immigré au Canada à l’âge de 4 ans. Aujourd’hui âgée de 19 ans, elle veut briser les barrières invisibles auxquelles font face les femmes et lutter contre le racisme systémique. Le projet C’est pour elles aussi lui a donné les outils nécessaires pour sensibiliser ses pairs à ces enjeux.

Les débuts

Depuis son arrivée au Canada, Rhita vit dans le quartier Saint-Michel à Montréal, dans la province de Québec. Elle s’y est toujours sentie chez elle et est fortement attachée à sa communauté. En grandissant, ses parents l’ont toujours encouragée à se réaliser et à donner le meilleur d’elle-même. Par contre, elle a vite été confrontée aux limites que la société lui imposait parce qu’elle était une fille. Ayant un intérêt marqué pour le sport, elle était souvent rejetée et sous-estimée lorsqu’elle jouait au soccer, ce qui l’a incitée à s’affirmer très tôt afin de prendre sa place en tant que fille, peu importe ce qu’en pensaient les autres.

L’étincelle

En suivant les traces de sa mère, une femme très impliquée dans le quartier, Rhita commence à faire du bénévolat très jeune. Rapidement, elle y prend goût et veut en faire davantage pour sa communauté, avec l’idée de redonner ce qu’elle a reçu. À la différence des autres jeunes de son âge, qui ont d’autres intérêts, l’implication citoyenne prend de plus en plus de place dans son quotidien. Elle aide les enfants du quartier à faire leurs devoirs et entraîne des équipes de jeunes au soccer. Elle se joint ensuite au Forum jeunesse de St-Michel, où elle commence à faire de la mobilisation citoyenne par et pour les jeunes, entre autres pour lutter contre le racisme.

Le passage à l’action

Les inégalités vécues par les filles et les femmes préoccupent Rhita de plus en plus. Afin de pouvoir être mieux outillée pour passer à l’action, elle décide de participer au projet « C’est pour elles aussi ». Il lui permet d’élargir ses horizons, et de renforcer ses convictions féministes et sa compréhension des liens qui existent entre les différentes formes de discrimination (intersectionnalité). Durant sa participation au projet, elle organise diverses actions de sensibilisation, dont la tenue d’une discussion publique sur la place des femmes racisées dans les instances décisionnelles, suivie d’une simulation d’un conseil d’administration. Elle invite également d’autres femmes racisées à partager leur parcours inspirant afin de générer un sentiment de pouvoir d’agir (empowerment) chez les jeunes femmes des communautés visibles. Parallèlement, elle participe à #MTLsansProfilage, en collaboration avec des chercheurs universitaires, afin de rédiger un rapport sur le profilage par les corps policiers de la Ville de Montréal et d’éduquer les jeunes sur leurs droits en cas d’altercation avec une policière ou un policier.

Et la suite…

À la suite des discussions entre jeunes sur la parité dans les instances décisionnelles, Rhita a recueilli différentes propositions susceptibles d’améliorer l’inclusion et la représentativité des femmes racisées. Elle s’engage maintenant à les proposer à des conseils d’administration. Plusieurs organismes montréalais l’ont d’ailleurs sollicitée afin qu’elle anime de nouvelles discussions sur l’enjeu de la parité. Cet automne, Rhita commence ses études en droit à l’Université de Montréal. Elle est très enthousiaste par rapport à ses études, elles lui serviront à mieux défendre les causes qui lui tiennent à cœur.

Un modèle pour les autres jeunes

Plus jeune, Rhita s’est toujours sentie différente et était aux prises avec plusieurs questions identitaires. Aujourd’hui, Rhita se sent appréciée pour ses idées et pour la jeune femme qu’elle est réellement, sans égard à ses origines ou à la couleur de sa peau. Elle attribue cela à son implication sociale qui l’a complètement transformée. Elle est remplie d’espoir par rapport aux changements que peuvent provoquer les jeunes de sa génération. À travers ses actions de mobilisation, Rhita encourage les jeunes de sa communauté à prendre leur place dans les instances de décision, non seulement dans les organisations, mais aussi au sein des couples et des familles. Selon elle, chaque jeune doit se permettre d’évoluer à son propre rythme et se rappeler que la confiance en soi est la clé de l’affirmation de soi.