Idai: le cyclone le plus dévastateur de l'histoire moderne

Les 14 et 15 mars 2019, le cyclone Idai a frappé le Mozambique, le Malawi et le Zimbabwe, dévastant la vie d'environ 2,6 millions de personnes dans les trois pays et faisant plus de 1000 morts. À peine six semaines plus tard, le cyclone Kenneth - le cyclone tropical le plus puissant à avoir touché le Mozambique au cours de l'histoire moderne - a ravagé le nord du Mozambique, affectant 160 000 personnes supplémentaires et tuant 40 personnes.

Des millions de vies ont été dévastées dans les trois pays et grand nombre de personnes sont toujours laissées sans ressources sans nourriture ni services de base. Les présidents du Malawi, du Mozambique et du Zimbabwe ont tous déclaré cela comme une catastrophe nationale; Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a également déclaré qu’il s’agissait de « l’une des pires catastrophes météorologiques de l’histoire de l’Afrique ». Il s'agissait du deuxième cyclone tropical le plus meurtrier jamais enregistré dans l'hémisphère sud, tuant plus de 1 300 personnes. Les inondations massives ont endommagé les terres, anéanti les récoltes et détruit les stocks de semences.

Près d'un an après, plus de 1,6 million de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire grave. Près de 92 500 personnes sont toujours déplacées sur 71 sites de réinstallation dans les régions du centre et du nord du pays. Plus d'un demi-million de personnes vivent toujours dans des maisons détruites ou endommagées ou des abris de fortune.

En raison de l’ampleur des inondations, des maisons, des écoles, des fermes et des terres agricoles ainsi que des hôpitaux ont été entièrement détruits, des ponts se sont effondrés et de nombreuses routes sont aujourd’hui toujours impraticables.

Le secteur agricole a été particulièrement atteint par cette catastrophe, détruisant toutes les cultures sur son passage, juste avant les grandes récoltes, mettant ainsi la population à risque de souffrir de famine.

Le soutien de nos donatrices et donateurs permet à Oxfam de réagir immédiatement auprès des communautés déplacées. En collaboration avec nos partenaires locaux, nous venons en aide à plus de 600 000 personnes dans les trois pays, en leur fournissant de l’eau potable, des installations sanitaires, de la nourriture et des abris d’urgence. Nous participons également à la relance de l’agriculture.

Nous travaillons aussi à prévenir la propagation de maladies mortelles telles que le choléra et la malaria. Malgré les efforts de prévention déployés, la menace d’une épidémie de choléra plane encore dans les camps de personnes déplacées, avec plus de 6 500 cas recensés au Mozambique.

L'action humanitaire d'Oxfam au Mozambique, Malawi et Zimbabwé

  • Distribution de coupons alimentaires et de nourriture
  • Mise en place de jardins communautaires pour relancer l’agriculture
  • Distribution de trousses agricoles contenant semences, fertilisants, etc.
  • Construction et installation d’abris d’urgence pour les personnes déplacées
  • Construction de latrines
  • Réhabilitation et construction de systèmes d’approvisionnement en eau potable
  • Construction de systèmes de filtration d’eau
  • Distribution de trousses d’hygiène contenant du savon, de la lessive, des couches pour bébé et des produits d’hygiène
  • Campagne de sensibilisation nationale permettant de contenir l’épidémie de choléra
  • Programme de vaccination de masse contre le choléra
Soutenez l’action d’Oxfam-Québec en lui permettant d’apporter une aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin.

Grâce à vous, nous pouvons soutenir les populations locales face à cette crise

Julia, une travailleuse humanitaire d’Oxfam, collecte un purificateur d’eau et du savon dans un entrepôt de Beira, au Mozambique. Julia dirige une équipe de 25 leaders de la communauté locale qui font du porte-à-porte pour promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène et distribuent du savon, des filtres à eau et des pastilles de purification pour prévenir la propagation de maladies transmises par l’eau, telles que le choléra.

Malita a fui les inondations au Mozambique et est arrivée au Malawi. Depuis plusieurs mois, elle vit dans le camp de Bangula à Nsanje qui accueille actuellement 5 000 enfants, femmes et hommes qui sont particulièrement vulnérables aux maladies comme la diarrhée aiguë et le choléra. Tout ce qu’elle possédait a été emporté par le cyclone. Dans le camp, ses enfants et elle ont reçu des biens de première nécessité, un abri d’urgence et une trousse d’hygiène.

« J’ai un bébé et deux autres filles et nous avons tout perdu lors des inondations, mais aujourd’hui marque un nouveau départ pour nous. »

Shaud a 46 ans. Elle vit avec ses quatre enfants dans un village situé à 80 km de Chimanimani au Zimbabwe. La voici devant les champs qu’elle cultive pour nourrir sa famille, ce qui lui apporte une source de revenus. Le cyclone Idai a détruit sa maison et emporté ses biens en plus de dévaster ses récoltes. C’est pour soutenir des agricultrices et agriculteurs comme Shaud qu’Oxfam a soutenu des centaines de familles vivant de l’agriculture en leur distribuant des semences et du matériel agricole.

Oxfam en action

Du matériel destiné à venir en aide aux populations affectées par le cyclone Idai au Mozambique, au Malawi et au Zimbabwe quitte l'entrepôt d'Oxfam pour se rendre sur place. Le matériel servira à construire des système d'acheminement d'eau potable, distribuer des savons, des abris temporaires et de la nourriture notamment.

Dans le camp de déplacés internes de Beira, une famille a accès à de l’eau potable grâce au système construit par Oxfam. Photo : Micas Mondalane/Oxfam

Un camion transporte de l’eau potable au camp de déplacés internes de Beira où plus de 2 000 personnes se sont réfugiées. Photo : Micas Mondlane/Oxfam

Zainabu tient son bébé au camp de déplacés internes de Bangula dans le district de Nsanje au Zimbabwe. Oxfam y distribue des trousse d’hygiène qui comprennent un seau pour se laver, un savon, du savon à lessive et des services sanitaires. Photo : Daud Kayisi/Oxfam.