Mères et enfants en santé

 

Contexte

En République démocratique du Congo (RDC), les conflits armés qui sévissent depuis plus de 20 ans contribuent à accroître la détresse des populations, notamment celle des femmes et de leurs enfants qui sont les premières victimes de la pauvreté et des inégalités.

L’un des plus grands pays en Afrique, la RDC, avec ses 77 millions d’habitants, a un taux de mortalité parmi les plus élevés au monde.

Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2015, on dénombrait 698 décès par 100 000 naissances et un taux de mortalité maternelle qui se situe parmi les dix plus élevés au monde.

Quand santé maternelle rime avec égalité

On constate que le déficit d’infrastructures et d’équipements sanitaires ne permet pas de répondre aux standards fixés par le ministère de la santé congolais. Des grossesses non suivies, trop rapprochées, chez des femmes trop jeunes ou trop âgées entrainent souvent la mort.  De plus, la discrimination auxquels les femmes et les filles font face au long de leur vie impactent leur santé.

Le simple fait d’améliorer l’accès aux services de santé durant la grossesse et l’accouchement permet de réduire de manière significative le taux de mortalité. C’est pourquoi Oxfam-Québec a développé un projet en RDC qui a pour objectif d’apporter des soins de santé adaptés aux femmes et aux enfants de moins de 5 ans.

Le projet Mères et enfants en santé

Concrètement, d’ici 2020, Oxfam-Québec soutiendra 215 maternités, dont 20 seront rénovées et équipées de lits d’accouchement, d’électricité et d’eau pour permettre aux femmes d’accoucher et d’être soignées dans des conditions décentes. De plus, 50 centres de santé seront ravitaillés en médicaments et fournitures médicales.

Près de 70 % des naissances seront assistées et suivies par des professionnels. Les travailleurs de la santé et les associations seront mieux outillés pour intervenir et soigner. Ce projet bénéficiera directement à plus de 1,4 million de personnes et permettra de sauver la vie de femmes et d’enfants.

De plus, en impliquant et en sensibilisant les hommes dans la planification familiale et la santé sexuelle, les femmes pourront faire valoir leurs droits de santé reproductive et sexuelle.

En résumé :

  • Le personnel médical recevra des formations professionnelles afin d’offrir des soins équitables, de qualité et respectueux de l’environnement aux femmes et aux enfants;
  • Des structures de santé seront rénovées et bien fournies de médicaments et contraceptifs;
  • Les femmes et les enfants de moins de 5 ans utiliseront de façon accrue les services de santé;
  • Les femmes, les hommes et les jeunes augmenteront leurs connaissances en maternité sans risque et en prévention des maladies de l’enfance, qui leur permettent de mieux protéger leur santé;
  • Les femmes augmenteront leur contrôle dans la prise de décision concernant le maintien de leur santé et celle de leurs enfants, ainsi qu’à recourir aux services de santé;
  • Les preneurs de décisions auront accès à des données sanitaires de qualités;
  • Le public canadien s’engagera envers les enjeux touchant la santé des mères et des enfants dans les pays en développement.

 

Ensemble pour la santé des mères et des enfants en RDC

 

  • En travaillant avec la société civile et le système de santé dans l’Ituri et la Tshopo, Oxfam-Québec assure le développement de stratégies durables pour améliorer la santé des mères et des enfants en RDC.
  • Oxfam-Québec travail en partenariat avec la Société congolaise de gynécologie et d’obstétrique (SCOGO) et l’Association des Mamans Anti-Bwaki
  • Pour réaliser le projet, Oxfam-Québec compte en partie, sur l’appui financier du gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada et l’appui matériel en contraceptifs du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).
  • Oxfam-Québec profite d’un partenariat technique avec la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) ainsi que Développement, expertise et solidarité internationale (DESI).