À Beira, au Mozambique, les survivantes et les survivants font face à des coupures d’électricité, au manque d’eau et se retrouvent menacés par des maladies d’origine hydrique causées par les eaux contaminées. Photo: Sergio Zimba / Oxfam

Les survivantes et survivants du cyclone Idaï affrontent maintenant le choléra

Montréal, 8 avril 2019 – Les survivantes et survivants du cyclone Idaï, qui a ravagé à la mi-mars une large partie de l’Afrique australe, se retrouvent maintenant menacés par une fulgurante épidémie de choléra. Il est temps plus que jamais que la population canadienne réponde généreusement à l’appel aux dons lancé par la Coalition humanitaire, dont Oxfam-Québec fait partie.

Alors que le premier décès causé par le choléra a été confirmé et que le nombre de personnes contaminées s’élève à plus de 2400, Oxfam, en collaboration avec le gouvernement du Mozambique, multiplie les efforts de vaccination et de prévention pour éviter la propagation de la maladie.

Grâce à la construction de latrines, au ravitaillement en eau potable par camions-citernes, à la distribution d’agents de purification d’eau ainsi qu’à une campagne de prévention du choléra, Oxfam a déjà rejoint plus de 43 000 personnes au Mozambique.

L’organisation forme des agentes et agents de prévention sur place. Soixante personnes issues des communautés locales ont ainsi été préparées pour dispenser dans leur entourage des conseils de prévention permettant de lutter contre le développement des maladies liées aux eaux contaminées. 

De son côté, le gouvernement du Mozambique a entamé une campagne de vaccination orale qui devrait protéger près de 900 000 personnes. Le responsable des campagnes humanitaires d’Oxfam International, Ulrich Wagner, s’est rendu en bateau jusqu’à Buzi, l’une des zones ciblées par cette campagne.

« Ce que j’ai vu sur place était terrible; le terrain parfait pour le développement du choléra, témoigne-t-il. Les personnes qui avaient perdu leur maison dans le cyclone tentaient tant bien que mal de reconstruire un abri de fortune avec les débris sur lesquels ils pouvaient mettre la main. Tous les puits sont contaminés, mais les populations n’ont aucune autre solution. »

« Dans la ville de Beira, des cas de choléra ont été détectés, explique le directeur de programme pour Humanité & Inclusion (membre de la Coalition humanitaire) au Mozambique, Marco Tamburro. Les inondations favorisent l’éclosion de ce genre de maladie. C’est la raison pour laquelle nous poursuivons la distribution de trousses d’hygiène. »

Rappelons que pour répondre à l’urgence, la Coalition humanitaire, un regroupement de dix organismes canadiens d’aide internationale dont Oxfam-Québec fait partie, a lancé un appel aux dons. Elle a obtenu le soutien du gouvernement du Canada qui a annoncé qu’il doublerait les dons individuels jusqu’à concurrence de deux millions de dollars d’ici le 14 avril. À ce jour, seul 18 % du financement demandé par les Nations unies pour répondre à la crise a été obtenu.

Les membres de la Coalition comptent sur la solidarité de la population canadienne pour les soutenir dans leurs efforts auprès des survivantes et survivants du cyclone Idaï qui ont plus que jamais besoin du soutien de la communauté internationale.

%d blogueurs aiment cette page :