pixel Facebook

 

Jeudi 7 décembre 2023, Montréal – L’offensive militaire israélienne dans le sud de Gaza provoque la destruction, le danger, la terreur et la souffrance des civils à une telle échelle que toute réponse humanitaire est impossible sur l’ensemble de l’enclave, déclare Oxfam.

Ce cauchemar se déroule au vu et au su de la communauté internationale. « Nos dirigeants politiques ne parviennent pas – par faiblesse – à instaurer un cessez-le-feu, qui est la seule action humanitaire possible qui compte vraiment aujourd’hui », déclare Marta Valdes Garcia, directrice de l’aide humanitaire d’Oxfam.

Oxfam affirme que de nombreux membres de la communauté internationale – en particulier les partisans de l’État d’Israël – sont complices de la mort massive, du déplacement forcé, de la famine et des privations infligés à plus de deux millions de personnes, qui sont retenues et déplacées dans les zones cibles désignées par Israël à Gaza, à la fois dans le nord assiégé et désormais dans le sud piégé.

Le personnel d’Oxfam à Gaza rapporte que de jeunes enfants demandent à leurs parents de mettre leurs vêtements dans des sacs séparés lors de leurs déplacement, au cas où leurs parents seraient tués. Les gens se battent désormais pour des produits de première nécessité comme la nourriture, l’eau et le carburant. Un partenaire d’Oxfam nous a déclaré aujourd’hui :

« L’alarme ici est à son plus haut point pour notre responsabilité d’entraide humaine quand les humanitaires assistent impuissants à l’agonie de 2,3 millions de personnes. Exiger de respecter le droit international humanitaire n’est pas un menu à la carte. Dire que « la violence doit cesser » est enfin bienvenu mais maintenant, le Canada doit faire tout en son pouvoir pour instaurer un cessez-le-feu. Qu’attendons-nous ? Ne pas le faire revient tacitement à soutenir cette stratégie militaire indiscriminée et disproportionnée, qui nuit à la sécurité future des Palestiniens et des Israéliens. C’est inacceptable. »,

Béatrice Vaugrante

Directrice générale d’Oxfam-Québec

Le personnel d’Oxfam à Gaza rapporte que de jeunes enfants demandent à leurs parents de mettre leurs vêtements dans des sacs séparés lors de leurs déplacement, au cas où leurs parents seraient tués. Les gens se battent désormais pour des produits de première nécessité comme la nourriture, l’eau et le carburant. Un partenaire d’Oxfam nous a déclaré aujourd’hui :

« C’est l’un des jours et l’une des guerres les plus difficiles que nous ayons connus. Si vous regardez autour de vous, vous trouverez des personnes déplacées, des personnes blessées, des personnes dormant dans les rues, et nous rencontrons nous-mêmes de nombreuses difficultés pour distribuer l’aide parce qu’il n’y a pas d’endroit sûr à Gaza. Chaque zone peut être dangereuse, chaque endroit peut être bombardé à tout moment ».

Partenaire d'Oxfam

Pratiquement aucune aide n’est actuellement acheminée à Gaza. L’aide qu’Israël autorise à passer est insuffisante et ne peut être distribuée en toute sécurité aux civils contraints de fuir pour sauver leur vie.

« Ce type de chaos systémique et militarisé a submergé le système humanitaire international. Nos gouvernements n’ont même pas l’excuse de l’humanitarisme derrière lequel ils peuvent se cacher maintenant qu’Israël mène sa campagne de punition collective»

« Les soi-disant zones de sécurité d’Israël à l’intérieur de la bande de Gaza sont un mirage : elles ne sont pas protégées, elles ne sont pas convenues ni fiables, elles ne sont pas approvisionnées et elles ne sont pas accessibles. Nous craignons vraiment que des masses de personnes terrifiées soient forcées de quitter la bande de Gaza sous prétexte de ‘sécurité’ »

« Cela obligerait le système humanitaire à faire un choix impossible entre aider les civils et être complice de leur déportation forcée ».

« L’ironie du sort, c’est que cette destruction militarisée de Gaza réduit littéralement à néant toute chance de sécurité réelle pour les Palestiniens comme pour les Israéliens. Gaza a besoin d’un cessez-le-feu maintenant et les agences humanitaires ont besoin de la garantie d’un accès sûr afin d’aider sa population et de sauver des vies. »

M. Garcia

flècheJe signe la pétition appelant à un cessez-le-feu

Vous avez une demande média?

portrait de Victoria AmigoVictoria Amigo
Agente des relations médiatiques et publiques

Téléphone: 514 606-4663 
Courriel : victoria.amigo@oxfam.org

 

Célébrons le mois de l'histoire des Noirs

X
Skip to content