pixel Facebook

Montréal, 12 décembre 2023 – Alors que la COP28 touche à sa fin, les pays riches et pollueurs doivent accélérer la compensation des pertes et dommages pour les pays les plus durement touchés par le changement climatique.

Six mois après une sécheresse historique échelonnée sur cinq saisons, des inondations massives ont submergé de vastes étendues de terres agricoles au Kenya, en Éthiopie et en Somalie, en plein milieu de la saison des récoltes. Plus de quatre millions de personnes touchées ont un besoin urgent d’aide humanitaire, alerte Oxfam aujourd’hui.

 Les pluies torrentielles qui ont commencé en octobre ont tué des centaines de personnes, emporté des milliers de maisons et détruit des milliers d’hectares de cultures dans les trois pays. Près de deux millions de personnes dans les trois pays ont également été forcées de fuir leurs maisons et leurs fermes.

Rien qu’en Somalie, les fortes pluies du Deyr (octobre-décembre) ont tué plus de 100 personnes et dévasté un cinquième de la récolte dans le centre-sud du pays, dont 1 400 tonnes métriques de sorgho à Juba et à Shabelle. On s’attend à ce que 1,5 million d’hectares de terres agricoles en Somalie soient affectés par les inondations.

« L’aggravation de la crise climatique est une dure réalité pour ceux qui souffrent déjà de la faim et de la misère en Afrique de l’Est. Aujourd’hui, des millions de personnes sont frappées par des événements extrêmes climatiques qui se suivent et dont elles ne sont guère responsables, et il n’y a absolument rien pour les protéger ou les aider à reconstruire leur vie »

Fati N'zi-Hassane

Directrice d'Oxfam en Afrique

Adan Hassan, un agriculteur de Bardhere, l’une des régions les plus touchées de Somalie a déclaré à Oxfam :

« Nous avons perdu toutes nos récoltes. Toutes les tomates, pastèques, haricots et carottes que nous aurions pu récolter en quelques mois ont été anéantis. Plus de 80 % des bananes, des citrons et du sorgho ont également été détruits. Nous commencions à peine à nous relever et les pluies ont emporté tout ce que nous avions construit au cours des derniers mois. »

Adan Hassan

Agriculteur de Bardhere

Au Kenya voisin, les inondations incessantes ont affecté plus de 500 000 personnes après avoir emporté des milliers de maisons, dévasté plus de 21 000 acres de terres agricoles et tué 13 500 têtes de bétail. 

 De même, dans la région somalienne de l’Éthiopie, des centaines de milliers de personnes ont été déplacées. La destruction de plusieurs routes a entravé les transports et provoqué une flambée des prix des denrées alimentaires et des produits de base.

 Avant même ces inondations, des sécheresses consécutives et prolongées et le conflit en cours ont déjà provoqué de graves pénuries alimentaires et des pertes massives de bétail, laissant 27,4 millions de personnes dans les trois pays dans une situation de crise ou de faim aigue.

« L’ampleur et la fréquence des destructions climatiques en Afrique de l’Est illustrent de manière frappante l’odieuse injustice climatique dont sont victimes les pays et les communautés défavorisés confrontés aux événements extrêmes climatiques »

« Lors de la COP28 de cette année, les pays riches et pollueurs – largement responsables de la crise climatique – doivent honorer leur obligation de fournir un financement climatique pour l’adaptation et les pertes et dommages, afin que les pays d’Afrique de l’Est puissent libérer des ressources pour aider les communautés touchées à s’adapter, à se rétablir et à reconstruire leur vie »

Fati N'zi-Hassane

Directrice d'Oxfam en Afrique

Notes aux rédactions

  • Oxfam, en collaboration avec ses partenaires, intensifie sa réponse humanitaire pour soutenir les communautés touchées par les inondations. Il s’agit notamment de fournir de la nourriture, des unités de traitement de l’eau et des kits d’hygiène à des milliers de personnes au Kenya, en Somalie et en Éthiopie, ainsi que des programmes de protection de l’égalité des sexes aux personnes les plus touchées.
  • Le Plan de réponse humanitaire (PRH) 2023 nécessite 2,6 milliards de dollars pour venir en aide à 7,6 millions de personnes et n’est financé qu’à 42 % (1 087 millions de dollars).
  • Les chiffres de l’insécurité alimentaire sont basés sur la classification IPC du nombre de personnes en situation de crise ou de pire insécurité alimentaire (IPC3+) pour le Kenya (1,5 million) et la Somalie (4,5 millions).
  • L’insécurité alimentaire en Éthiopie est déterminée par le Plan de réponse humanitaires qui estime qu’en 2023, 20,1 millions de personnes seront en situation d’insécurité alimentaire.
  • La IFRC  estime que plus de 478 860 personnes ont été touchées par les inondations au Kenya, dont plus de 270 000 ont été déplacées
  • En Éthiopie, les autorités signalent que plus de 1,5 million de personnes ont été touchées et que plus de 600 000 ont été déplacées dans sept des douze régions du pays.
  • En Somalie, OCHA rapporte que le nombre de personnes touchées par les fortes pluies saisonnières du Deyr et les inondations à travers la Somalie a augmenté pour atteindre plus de 2,4 millions, selon les autorités, avec plus d’un million de personnes déplacées et 110 personnes tuées dans au moins 36 districts.

Vous avez une demande média?

portrait de Victoria AmigoVictoria Amigo
Agente des relations médiatiques et publiques

Téléphone: 514 606-4663 
Courriel : victoria.amigo@oxfam.org

Célébrons le mois de l'histoire des Noirs

X
Skip to content