Investissement de 1,4 G$ pour la santé des femmes, des filles et des enfants

Montréal, 4 juin 2019 – Oxfam-Québec accueille avec enthousiasme l’annonce faite aujourd’hui par le premier ministre Justin Trudeau, dans le cadre de la conférence internationale Women Deliver à Vancouver, à l’effet qu’un investissement de 1,4 milliard de dollars par année sur dix ans sera consenti pour la santé des femmes, des filles et des enfants. De cette somme, 700 millions de dollars seront exclusivement dédiés à la santé reproductive et sexuelle.

« C’est un gain incroyable pour les droits des femmes et des filles en matière de santé sexuelle et reproductive, et pour la santé des femmes en général. Le gouvernement Trudeau vient de prendre une position claire, qui confirme son leadership à l’échelle mondiale, au moment même où les droits des femmes en santé sexuelle et reproductive sont en proie à des reculs significatifs dans certains pays parmi les plus puissants, indique Denise Byrnes, directrice générale d’Oxfam-Québec, qui était sur place au moment de l’annonce. Que 1,4 milliard de dollars par année soit consacré globalement en santé des femmes sur un horizon de dix ans est du jamais vu, un engagement historique qui, nous l’espérons, montrera la voie à d’autres gouvernements », conclut-elle.

Un impact sur 18 millions de femmes

Le travail d’Oxfam-Québec avec ses divers partenaires à travers le monde a démontré qu’une approche basée sur le droit pour les questions de santé sexuelle et reproductive n’a pas seulement un impact sur les femmes et leurs communautés, mais permet également des progrès significatifs en matière d’’égalité des femmes, de droits humains et de développement économique.

Les sommes annoncées aujourd’hui sont susceptibles de soutenir pas moins de 18 millions de femmes et d’adolescentes à travers le monde, ce qui équivaut à la population totale de femmes et de filles au Canada. Cet engagement est d’autant plus significatif que les fonds seront injectés dans les programmes les plus négligés lorsqu’il est question de santé sexuelle et reproductive, notamment l’éducation à la sexualité, les soins liés à la contraception, les conditions de sécurité entourant les interruptions de grossesse, le soutien au plaidoyer ainsi que les droits en santé sexuelle et reproductive en période de crise.

« De telles décisions gouvernementales ne se prennent pas sans un travail préalable rigoureux et soutenu de plaidoyer, rappelle la directrice générale d’Oxfam-Québec, Denise Byrnes. C’est armées de patience et de conviction que plusieurs organisations canadiennes partagent leurs connaissances et se coordonnent, année après année, pour faire avancer les droits des femmes et l’égalité des genres. Les gains d’aujourd’hui sont assurément le résultat d’efforts de plaidoyer concertés des membres de la coalition THRIVE, ainsi que du partenariat CanSFE, dont Oxfam-Québec fait partie depuis plusieurs années. Alors que différents gouvernements menacent en ce moment de reculer sur des droits acquis de haute lutte, comme celui à disposer de notre corps, les engagements pris aujourd’hui envoient un signal important : les droits des femmes ne sont pas négociables. »

Cette annonce est l’illustration de l’impact significatif que peut avoir, dans la vie de millions de femmes, un effort de plaidoyer concerté comme celui qu’ont mené l’ensemble des organisations impliquées dans ce dossier. Oxfam-Québec espère que cette mesure importante sera la première d’une série d’avancées majeures pour les droits des femmes dans les années à venir. L’égalité des genres est encore à faire et reste plus que jamais l’horizon vers lequel doivent tendre nos sociétés.

pop-in Muna

Je fais un don en ligne pour les fêtes

%d blogueurs aiment cette page :