pixel Facebook

NIGÉRIA: Soutenir l’agriculture et la nutrition

flècheJe fais un don

Les faibles rendements agricoles au Nigéria ont des effets sur l’alimentation des populations. Dans la région de Bauchi en particulier, les familles ont des difficultés à répondre à leurs besoins alimentaires de base. Avec le soutien de ses partenaires, Oxfam-Québec renforce la production agricole et améliore la nutrition des enfants. Ce soutien passe notamment par des programmes de sensibilisation et un accompagnement des petites exploitations agricoles.

PROJET : « Livelihoods and Nutrition Empowerment (LINE) »

personne

14 000 familles
(60 % de femmes)

planète

État de Bauchi
(nord du Nigéria)

horloge

2016 – 2023
(Finalisé en Février 2023)

Des récoltes insuffisantes pour assurer la survie des familles

Dans l’État de Bauchi, environ 85 % de la population vit de l’agriculture, soit 4 millions de personnes. Toutefois, les rendements agricoles sont faibles et génèrent peu de revenus. Le taux de mortalité de cette région est presque deux fois plus élevé que la moyenne nationale. Cette triste réalité affecte surtout les enfants de moins de 5 ans. La sous-alimentation et la malnutrition en sont les principales causes.

Dans une région où l’agriculture n’assure pas la survie de sa population, il est nécessaire de mettre en place des stratégies durables de changement. D’une part, les familles doivent utiliser les moyens à leur disposition pour réduire la mortalité infantile, et en particulier celle des nourrissons. D’autre part, des mécanismes doivent permettre aux petites productions agricoles de sortir de la pauvreté.

Les conséquences de la pandémie au Nigéria

Le Nigéria qui est le pays le plus peuplé du continent africain est aussi l’un des plus touchés par le coronavirus. Malgré les grandes richesses en ressources naturelles du pays, le revenu par habitant compte encore parmi les plus bas en Afrique. De plus, le système de santé est mal équipé pour faire face à la situation et la majorité de la population n’a pas accès aux soins et services de base.

Les mesures liées à la pandémie ont eu un effet dévastateur sur l’économie du pays. Les prix augmentent et même les denrées les plus courantes sont de plus en plus difficiles à trouver. Les petites exploitations agricoles sont particulièrement vulnérables, car leur capacité d’adaptation est faible. Une preuve de plus que la COVID-19 est bien « le virus de la faim ».

Améliorer la nutrition des familles et notamment des nourissons

« Grâce aux formations, j’ai appris que le lait maternel contient des anticorps qui aident le bébé à combattre les maladies. Ma fille Maryam n’a pas souffert de diarrhée et de pneumonie comme les autres enfants.

L’eau que l’on utilise pour les purées n’est pas assez bonne pour les nouveaux-nés qui sont plus fragiles que nous. C’est frappant comme les bébés nourris exclusivement au sein pendant les six premiers mois, sans aucun autre aliment, ont moins d’infections, de maladies respiratoires et de diarrhée. »

Lantana

Avec nos partenaires locaux, nous organisons des activités d’information pour développer les connaissances nutritionnelles des mères. Elles sont également accompagnées dans la création d’un potager familial pour diversifier les aliments disponibles.

D’importantes campagnes de sensibilisation sont menées sur l’allaitement maternel exclusif lors des 6 premiers mois de la vie des nourrissons. Même si le lait maternel assure l’ensemble des besoins nutritionnels, la majorité des parents nigérians l’ignorent.

Des moyens de subsistance dignes et pérennes

Le projet permet de donner accès à la terre, mais aussi à des semences ou engrais qui respectent l’environnement. Il appuie les communautés dans l’élevage de volailles et de chèvres, ainsi que dans la culture de jardins et potagers familiaux.

De plus, Oxfam accompagne les agricultrices et agriculteurs pour accroître leurs compétences agricoles et leur permettre de s’organiser en coopératives, au moyen de formations. 

La mise en place de ces solutions permet aux familles d’avoir accès à des aliments sains en grande quantité, de favoriser leur autonomie alimentaire et de générer des revenus.

Photo: Oxfam

Photo: Oxfam

La sécurité alimentaire par des procédés durables

Le projet mené par Oxfam-Québec, en partenariat avec 7 organismes, accorde une place privilégiée aux femmes et aux jeunes. Pour renforcer la sécurité alimentaire dans la région, les actions mises en œuvre permettent d’optimiser les activités agricoles, d’accélérer le développement de coopératives et d’améliorer la nutrition des nourrissons en particulier. En 2020, voici ce qui avait déjà été réalisé :

accord

Création et soutien de 818 coopératives agricoles et agroalimentaires

plantation

Mise en place de jardins communautaires dans 80 villages

discussion

Tenue de 1 500 formations sur la nutrition, la gestion et la gouvernance agricoles ainsi que sur les techniques de production agricole

sac

Distribution de semences et d’engrais respectueux de l’environnement à plus de 12 000 familles vivant de l’agriculture

pouce en l'air

Création de 60 centres de transformation en produit agricole 

info

Tenue de formations sur les questions de genre et d’égalité face à l’accès aux aliments

flècheJe fais un don

Le point de vue de Lantana, Mary et Abigael

Maryam est le sixième enfant de Lantana Aminu, 37 ans. La famille vit dans le village de Nahalo, à Ningi, et a bénéficié du volet nutrition et alimentation du projet mis en place par Oxfam. 

« Quand Oxfam est arrivée, j’étais enceinte et je me suis dit que j’allais essayer cette nouvelle idée pour voir si mon enfant serait plus en santé que les autres. »

Photo : Isaac Godwin / Oxfam

Mary Dauda est une jeune mère qui exploite un jardin communautaire dans son village de Jambalde. En 2020, elle a suivi des formations et a reçu des semences et des outils agricoles pour faire grandir son potager et nourrir sa famille.

« J’aimerais que la vie redevienne comme avant le coronavirus. J’ai hâte que mes enfants retournent à l’école, car c’est important pour nous l’éducation. Mais au moins les choses s’améliorent. Grâce au matériel que nous recevons, les choses s’améliorent. J’encourage les gens à cultiver pour qu’ils puissent avoir de la nourriture. »

Photo : Simon Trépanier / Oxfam

Abigail James vit dans la communauté de Jambalde soutenue par le projet d’Oxfam-Québec. Elle travaille avec notre partenaire local et joue un rôle important dans la coordination du projet.

« Les habitants vivent de l’agriculture mais ils n’ont pas les connaissances nécessaires pour préparer des repas nutritifs. Aujourd’hui, les femmes suivent des formations complètes. Elles ont acquis des connaissances et des ressources. Cela a apporté beaucoup de joie dans la communauté. Elles sont très enthousiastes à mettre ses ressources à profit. »

Photo: Simon Trépanier / Oxfam

Ce projet est mené :

Logo AMC
Pastoral Resolve
Rahama Women
FAcE-PaM
Women Empowerment Initiative

Pour aller plus loin

flècheDécouvrir d’autres projets menés à l’international

flècheConsulter les offres de mandats disponibles

flècheFaire un don pour soutenir nos projets

Célébrons le mois de l'histoire des Noirs

X
Share This
Skip to content