pixel Facebook

Sally Abi-Khalil, directrice régionale d’Oxfam pour le Moyen-Orient, a réagi à l’ordonnance rendue aujourd’hui par la Cour internationale de Justice dans le cadre du procès intenté par l’Afrique du Sud, qui demande à Israël de prendre toutes les mesures en son pouvoir pour prévenir et punir les actes qui contreviennent aux articles de la Convention sur le génocide :

« Oxfam se félicite de l’ordonnance et des mesures provisoires de la Cour internationale de Justice, qui constituent une étape cruciale vers la reconnaissance des atrocités commises à Gaza et l’arrêt de l’effusion de sang et des horreurs inimaginables que 2,3 millions de Palestiniens ont déjà endurées. Après plus de 100 jours de bombardements aveugles au cours desquels plus de 25 000 personnes ont été tuées, provoqué d’horribles déplacements massifs de civils, instauré la famine par les armes et refusé systématiquement le passage de toute aide adéquate, le gouvernement israélien doit immédiatement se conformer à la décision de justice. Tous les États – en particulier ceux qui soutiennent Israël en lui fournissant des armes militaires malgré le risque évident qu’elles soient utilisées pour commettre des crimes de guerre – doivent également respecter l’arrêt de la Cour internationale de Justice et s’abstenir de toute action susceptible de le remettre en cause. Les Palestiniens ne devraient pas avoir à endurer un jour de plus ces souffrances. Nous demandons à tous les pays de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour garantir un cessez-le-feu immédiat, en veillant à ce que les responsables des violations des deux côtés rendent des comptes, et de mettre fin à l’occupation israélienne du territoire palestinien qui dure depuis des décennies ».

Sally Abi-Khalil

Directrice régionale d'Oxfam pour le Moyen-Orient

« C’est une décision juridique d’importance qui devra guider dès aujourd’hui les actions du gouvernement d’Israël à enfin cesser cette punition collective par entre autres l’utilisation de la faim comme arme de guerre, des bombardements massifs et indiscriminés ou le refus d’apporter de l’aide humanitaire. 25000 tonnes de bombes et plus de 25000 morts. Femmes et enfants sont les victimes en grande majorité et les personnes survivantes ont profondément besoin d’espoir.

C’est également une décision juridique d’importance qui pallie l’échec de la réponse politique et diplomatique pour faire respecter le droit international humanitaire et avancer un processus de paix durable et inclusif. Elle dicte au Canada de s’y assujettir en suspendant le transfert d’armes à Israël et en amplifiant grandement ses efforts pour obtenir un cessez-le-feu réel et oser parler de paix. »

Béatrice Vaugrante

Directrice générale d’Oxfam-Québec

Vous avez une demande média?

portrait de Victoria AmigoVictoria Amigo
Agente des relations médiatiques et publiques

Téléphone: 514 606-4663 
Courriel : victoria.amigo@oxfam.org

Célébrons le mois de l'histoire des Noirs

X
Skip to content