pixel Facebook
  • En date du 2 janvier, les PDG des plus grandes entreprises québécoises ont gagné l’équivalent du salaire annuel moyen au Québec. 
  • 84% de la rémunération des PDG de ces grandes entreprises est composée de primes et bonus liés aux profits de leurs compagnies. (Source : Observatoire québécois des inégalités)
  • 1/5 des personnes employées au Québec ne peuvent pas se loger dans le grand Montréal. (Source : Observatoire québécois des inégalités) 
  • La fortune des cinq hommes les plus riches du monde a bondi de 114 % depuis 2020.
  • A peine 0,4 % sur plus de 1 600 entreprises parmi les plus grandes du monde, s’engagent publiquement à payer un salaire décent à leurs employé·es.
  • Un milliardaire est à la tête ou est actionnaire principal de sept des dix plus grandes entreprises mondiales.
  • Au total, 148 des plus grandes entreprises ont réalisé 1 800 milliards de dollars de bénéfices, ce qui représente une hausse de 52 % par rapport aux bénéfices moyens des trois dernières années. Elles ont redistribué des bénéfices records à leurs riches actionnaires, alors que des centaines de millions de personnes sont confrontées à une baisse de leur salaire réel.
  • En moyenne, il faudrait 1 200 ans à une femme travaillant dans le secteur de la santé et de l’action sociale pour gagner ce que gagne en un an le PDG moyen des 100 plus grandes entreprises de Fortune.
  • Oxfam appelle à une nouvelle ère d’action publique, incluant l’investissement dans les services publics, la régulation des entreprises, le démantèlement des monopoles privés, la valorisation de modèles entrepreneuriaux alternatifs et l’instauration d’impôts permanents sur la fortune et les bénéfices excédentaires.

Montréal, 15 janvier 2024 – Le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités et le pouvoir mondial des entreprises révèle que la fortune des cinq hommes les plus riches du monde a plus que doublé depuis 2020, passant de 405 milliards de dollars à 869 milliards de dollars (à un rythme de 14 millions de dollars par heure), tandis que cinq milliards de personnes se sont appauvries. La fortune d’un multimilliardaire pourrait dépasser les 1 000 milliards de dollars dans environ dix ans si la tendance actuelle se maintient, tandis que la pauvreté ne sera éradiquée que dans 229 ans.

À l’heure où l’élite économique se réunit à Davos, le rapport « Multinationales et inégalités multiples » publié aujourd’hui, révèle que sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un PDG milliardaire ou un milliardaire comme actionnaire principal. La valeur totale de ces entreprises s’élève à 10 200 milliards de dollars. Elle est supérieure aux PIB combinés de tous les pays d’Afrique et d’Amérique latine.

« Nous assistons à ce qui semble être le début d’une décennie des fractures. Des milliards de personnes subissent les chocs économiques dus à la pandémie, à l’inflation et à l’opposition à la fiscalité, tandis que les milliardaires prospèrent. Ces inégalités ne sont pas le fruit du hasard. La classe des milliardaires veille à ce que les entreprises contribuent avant tout à son propre enrichissement, au détriment du reste de la population », dénonce Amitabh Behar, directeur général par intérim d’Oxfam International.

« Le pouvoir démesuré des grandes entreprises et des monopoles privés est une machine à fabriquer des inégalités : en pressurant les travailleurs et travailleuses, en s’adonnant à l’évasion fiscale, en privatisant l’État et en accélérant les dérèglements climatiques, les entreprises génèrent des richesses inépuisables pour leurs propriétaires ultrariches. Mais elles leur donnent aussi du pouvoir, ce qui mine nos démocraties et nos droits. Aucune entreprise ni individu ne devrait avoir autant de pouvoir sur nos économies et nos vies. À vrai dire, personne ne devrait avoir un milliard de dollars ».

La montée en flèche des richesses extrêmes s’est consolidée ces trois dernières années tandis que le niveau de pauvreté dans le monde est toujours le même qu’avant la pandémie. La fortune des milliardaires a augmenté de 3 300 milliards de dollars depuis 2020, à une vitesse trois fois plus rapide que celle de l’inflation.

  • Alors qu’ils ne représentent que 21 % de la population mondiale, les pays riches du Nord détiennent 69 % des richesses mondiales et abritent 74 % des richesses des milliardaires du monde.
  • L’actionnariat est particulièrement avantageux pour les plus riches. Les 1 % les plus riches détiennent 43 % de tous les actifs financiers mondiaux. Dans les pays du Moyen-Orient, les 1 % les plus riches détiennent 48 % du patrimoine financier. Cette part est de 50 % en Asie et de 47 % en Europe.

 

Tout comme les ultra-riches, les grandes entreprises devraient réaliser en 2023 des bénéfices annuels qui pulvériseront tous les records. 148 des plus grandes entreprises mondiales ont engrangé conjointement 1 800 milliards de dollars de bénéfices nets au cours des 12 mois précédant juin 2023, ce qui représente une hausse de 52 % par rapport aux bénéfices nets moyens réalisés pendant la période 2018-2021. Leurs superprofits ont bondi à près de 700 milliards de dollars. D’après le rapport d’Oxfam, pour chaque tranche de 100 dollars de bénéfices générés par 96 grandes entreprises entre juillet 2022 et juin 2023, 82 dollars ont été reversés aux riches actionnaires.

  • Bernard Arnault est le deuxième homme le plus riche du monde. Il est à la tête de l’empire du luxe LVMH, qui s’est vu infliger une amende par l’Autorité des marchés financiers. Bernard Arnault détient également certains des plus grands médias français comme Les Échos et Le Parisien.
  • Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, détient un « quasi-monopole » sur le ciment au Nigeria. Il étend actuellement son empire au pétrole, ce qui suscite des inquiétudes quant à l’émergence d’un nouveau monopole privé.
  • La fortune de Jeff Bezos, qui s’élève à 167,4 milliards de dollars, a augmenté de 32,7 milliards de dollars depuis le début de la décennie. Le gouvernement des États-Unis a poursuivi en justice la société Amazon, à l’origine de la fortune de Bezos, et l’accuse d’avoir exploité son « pouvoir monopolistique » pour augmenter les prix, dégrader la qualité du service pour les consommateurs et étouffer la concurrence.

« Les monopoles privés nuisent à l’innovation, écrasent les travailleurs et travailleuses et détruisent les petites entreprises. Le monde n’a pas oublié comment les monopoles pharmaceutiques ont privé des millions de personnes du vaccin contre la COVID-19 et créé un apartheid vaccinal raciste tout en enrichissant un nouveau groupe de milliardaires »

Amitabh Behar

Directeur général, Oxfam International

Dans le monde entier, les personnes travaillent plus dur et plus longtemps, souvent pour des salaires de misère dans des emplois précaires et dangereux. Près de 800 millions de travailleurs et travailleuses, dont les salaires n’ont pas suivi l’inflation, ont perdu 1 500 milliards de dollars au cours des deux dernières années, ce qui représente environ un mois (25 jours) de salaires perdus pour chaque travailleur ou travailleuse.

Selon une nouvelle analyse réalisée par Oxfam sur les données de la World Benchmarking Alliance portant sur plus de 1 600 entreprises parmi les plus grandes du monde, à peine 0,4 % d’entre elles s’engagent publiquement à payer un salaire décent à leurs employé·es et soutiennent le paiement d’un salaire décent dans leurs chaînes de valeur. Il faudrait 1 200 ans à une travailleuse du secteur sanitaire et social pour gagner ce qu’un PDG d’une entreprise du classement Fortune 100 gagne en moyenne en un an.

En outre, le rapport d’Oxfam révèle que l’opposition à la fiscalité menée par les entreprises a permis de réduire l’impôt effectif sur les sociétés de près d’un tiers au cours des dernières décennies. Pendant ce temps, les entreprises n’ont eu de cesse de privatiser les services publics et ont notamment ségrégué l’accès à l’éducation et à l’eau.

« Nous avons les preuves. Nous connaissons les faits. Les pouvoirs publics peuvent contenir le pouvoir débridé des entreprises et l’explosion des inégalités pour favoriser un marché plus juste non contrôlé par des milliardaires. Les États doivent intervenir pour démanteler les monopoles privés, autonomiser les travailleurs et travailleuses, taxer les bénéfices colossaux des entreprises et surtout investir dans une nouvelle génération de biens et de services publics », estime Amitabh Behar.

« Chaque entreprise a la responsabilité d’agir, mais très peu le font. Les États doivent intervenir. Les législateurs peuvent s’inspirer de bon nombre d’initiatives, comme la plainte déposée contre Amazon par les autorités américaines chargées de la lutte contre les monopoles privés, la décision de la Commission européenne de contraindre Google à se dessaisir d’une partie de ses activités publicitaires en ligne, ou encore la lutte historique menée par les gouvernements africains pour redéfinir les règles de la fiscalité internationale ».

« L’énorme concentration du pouvoir des entreprises et des monopoles et de leurs riches actionnaires à l’échelle mondiale et chez nous, accentue non seulement les inégalités économiques, mais aussi climatiques et envers les femmes. Rien pour construire des sociétés stables, et inclusives… Il est impératif de faire connaitre l’impact de ce pouvoir sur le quotidien des gens – nos salaires, notre accès aux médicaments, aux transports, à l’éducation, la gestion de la crise climatique …  Et sur notre économie. Les gouvernements doivent jouer un rôle proactif dans l’orientation des économies favorisant les gens et la planète et le renforcement des services publics qui réduisent les inégalités. Nous avons une décennie devant nous pour revitaliser le rôle de l’État, réguler le pouvoir et les devoirs des entreprises et réinventer l’économie et la fiscalité. C’est possible, en s’assurant que les femmes soient incluses. »

Béatrice Vaugrante

directrice générale d’Oxfam-Québec

Oxfam appelle les gouvernements à réduire rapidement et radicalement le fossé entre les ultra-riches et le reste de la société grâce aux mesures suivantes :

  • Revitaliser l’État. Un État dynamique et efficace est le meilleur rempart contre le pouvoir extrême des entreprises. Les États doivent garantir des services universels de santé et d’éducation, et travailler à la mise en place d’un service public fort dans des secteurs allant de l’énergie au transport pour une transition juste.

 

  • Contenir le pouvoir des multinationales, notamment par la mise en place d’une législation qui garantit des salaires décents, le plafonnement de la rémunération totale des PDG, et l’instauration de nouvelles taxes progressives pour les ultra-riches et les multinationales, notamment des impôts permanents sur la fortune et les bénéfices excédentaires*. Oxfam estime qu’un impôt sur la fortune pour les milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1 800 milliards de dollars par an dans le monde.

 

  • Réinventer le monde des affaires pour des modèles entrepreneuriaux d’économie sociale, basés ente autres sur l’économie du beigne et l’économie circulaire. Les bénéfices pourraient être partagés de manière plus égalitaire dans les entreprises suivant un modèle de gouvernance démocratique avec les employés et les parties prenantes. Si seulement 10 % des entreprises américaines étaient détenues par leurs employé·es, cela permettrait de doubler la part de richesse des 50 % les plus pauvres de la population américaine et la richesse médiane des ménages noirs.

Notes aux rédactions

Téléchargez le rapport d’Oxfam intitulé « Multinationales et inégalités multiples » ainsi que la note méthodologique.

Il faudrait 229 ans (presque 230) pour garantir qu’aucune personne ne vive en dessous du seuil de pauvreté de 6,85 dollars par jour fixé par la Banque mondiale.

Selon la World Economic Outlook Database du Fonds monétaire international, le PIB combiné de toutes les économies d’Afrique s’élevait à 2 867 milliards de dollars en 2023, tandis que celui des pays d’Amérique latine et des Caraïbes était de 6 517 milliards de dollars, ce qui représente un total de 9 400 milliards de dollars.

 

*Oxfam définit les superprofits comme ceux qui dépassent de plus de 20 % les bénéfices moyens générés entre 2018 et 2021.

Vous avez une demande média?

portrait de Victoria AmigoVictoria Amigo
Agente des relations médiatiques et publiques
Courriel : victoria.amigo@oxfam.org

Célébrons le mois de l'histoire des Noirs

X
Skip to content