Destruction d'habitations civiles, après les raids aériens qui ont eu lieu à Sanaa au Yémen le jeudi 16 mai 2019. Photo: Bassam Al-Thulya | Oxfam Yemen.

Plusieurs organisations dénoncent l’attaque ayant fait 13 morts au Yémen

Le 16 juin 2020 - Huit organisations de la société civile travaillant au Yémen condamnent fermement l’attaque perpétrée hier au nord du Yémen, tuant treize personnes civiles, dont quatre enfants.

Mohamed Abdi, directeur pays du Conseil norvégien pour les réfugiés au Yémen a indiqué :

« Ces 13 personnes n’auraient jamais dû être prises pour cible et leurs familles ne devraient pas être en deuil aujourd’hui. Une enquête doit avoir lieu et les parties belligérantes responsables de ces morts devront rendre des comptes s’il est confirmé que cette attaque s’est faite en violation du droit humanitaire international. »

Ce matin, de nombreuses autres attaques ont eu lieu à Sana’a, notamment dans des quartiers résidentiels.

L’attaque d’hier sur 13 personnes issues de la société civile est intervenue le jour de la publication du rapport des Nations Unies sur les enfants et les conflits armés, dans lequel la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ne figure pas sur liste noire, pour la première fois depuis trois ans. Ce retrait de liste a eu lieu alors que, selon ce même rapport, ladite coalition a tué ou blessé 222 enfants au Yémen l’an dernier. Au total, les parties impliquées dans le conflit ont fait 689 victimes (mortes ou blessées) l’an dernier.

Un cessez-le-feu unilatéral a été annoncé par l’Arabie saoudite en avril, mais rien n’a démontré que celui-ci ait été appliqué sur le terrain et que les combats aient cessé. Les actes de violence, commis par l’ensemble des parties impliquées, se sont poursuivis, incluant les frappes aériennes et les bombardements.

« Nous condamnons la violence de toutes les parties impliquées, a indiqué Muhsin Siddiquey, directeur pays d’Oxfam au Yémen. Ce dont la population du Yémen a besoin, plus que jamais, est un réel cessez-le-feu national, ainsi qu’un retour des parties belligérantes à la table des négociations. Cela fait maintenant plus de cinq ans que dure ce conflit sanglant. Il est temps que des actions soient prises pour rétablir durablement la paix au Yémen. »

Organisations de la société civile signataires de cette réaction :

  • CARE
  • Conseil danois pour les réfugiés
  • Humanité et Inclusion
  • Mercy Corps
  • Conseil norvégien pour les réfugiés
  • Oxfam
  • Saferworld
  • Save the Children

Notes :

  • Des statistiques sur les enfants victimes de ce conflit sont contenues dans le dernier rapport du Secrétaire général des Nations-Unies concernant les enfants et les conflits armés. Selon ce rapport la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis fera l’objet d’une surveillance pendant un an et tout échec à réduire le nombre d’enfants victimes aura pour effet de voir ladite coalition réintégrée sur liste noire l’an prochain.
  • Cette attaque survient dans le contexte d’une crise liée à la COVID-19 croissante au Yémen ainsi que d’inondations importantes dans plusieurs parties du pays qui ont renforcé les besoins humanitaires.
  • À la lumière de l’attaque mentionnée dans ce communiqué, les réunions à venir du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du Yémen ainsi que concernant les enfants et les conflits armés sont des occasions importantes de réitérer l’appel à un cessez-le-feu permanent au Yémen et à dénoncer les morts de civils causés par ce conflit.