Bilan – Intervention d’Oxfam dans le cadre de la COVID-19

Au Liban, plusieurs réfugiés syriens vivent dans des camps informels. Une employée d’Oxfam à Saideh-Bekaa distribue des trousses de désinfection aux familles et discute de leurs besoins.
Photo : Sahar Elbachir / Oxfam

En République centrafricaine, la crise sanitaire s’ajoute à une crise humanitaire. Les populations ont un accès difficile à l’eau. C’est pourquoi nous avons installé des robinets. Sur la photo, Dieu-Merci remplit plusieurs bidons, avant de les charger sur son pousse-pousse et les amener dans sa famille.
Photo : Aurélie Godet / Oxfam

En Iraq, Oxfam a distribué des trousses d’hygiène et de l’équipement de protection pour le personnel médical des hôpitaux de Al-Shifaa et Al-Salam à Mosul. En Iraq, 1,4 million de personnes dépendaient déjà de l’aide humanitaire avant la pandémie. Nous avons également distribué des paniers alimentaires aux familles vulnérables.

Dans le camp de réfugiés rohingyas de Cox Bazar au Bangladesh, Oxfam a installé des lavabos « sans contact » qui fonctionnent avec une pédale pour éviter la transmission du virus.
Photo : Fabeha Monir / Oxfam

Grâce à soutien de nos donatrices et donateurs, nous avons été en mesure de répondre rapidement dès l’arrivée de la pandémie de coronavirus. Par nos actions, nous nous assurons d’une part que les populations les plus vulnérables ont tout ce dont elles ont besoin pour se protéger efficacement de la COVID-19. D’autre part, la pandémie a des effets « secondaires » (confinement, pertes d’emploi, restrictions de mouvements) très néfastes sur des populations déjà fragilisées. Nous nous assurons donc que ces communautés peuvent subvenir à leurs besoins de base.

Protéger les populations de la maladie

Dès le début de la pandémie, Oxfam était à pied d’œuvre pour identifier les populations les plus à risque de contracter le coronavirus, notamment les popluations ayant un accès difficile à l’eau potable et celles dans des endroits de forte densité comme les camps de réfugiés ou de déplacés.

Nous nous assurons que ces populations ont un accès régulier à l’eau potable par la construction de puits et robinets. Nous distribuons également des savons et menons des campagnes de sensibilisation auprès des populations pour encourager les bonnes pratiques d’hygiène.

Huguette en première ligne contre le coronavirus

Au cours de la dernière année, des groupes armés ont fait fuir plus de 765 000 personnes au Burkina Faso. Elles se sont réfugiées dans des villes et des camps de déplacés, créant une surpopulation et un manque d’eau.

Pour ces populations déjà fragilisées, l’arrivée du coronavirus a apporté de nouveaux enjeux. Dans ce contexte, le travail d’Huguette, ingénieure en eau pour Oxfam et responsable de sensibiliser la population au lavage des mains, est tout un défi. Car se laver les mains sans eau ni savon relève de l’impossible. Heureusement, grâce à nos membres, nous avons pu apporter à ces populations des trousses d’hygiène et installer des points d’eau. La prévention, dans le cas de la COVID-19 comme dans le cas d’autres maladies mortelles, est la meilleure façon de sauver des vies.

Atténuer les « effets secondaires » de la pandémie sur les populations vulnérables

Il est estimé que la pandémie pourrait faire basculer un demi-milliard de personnes dans la pauvreté. Le confinement, qui rend plus diificile l’accès aux denrées et aux semences, les pertes d’emploi et les coûts liés aux soins de santé sont autant de facteurs qui peuvent rendre critique la situation de personnes vulnérables  Au-delà d’apporter de l’eau et du savon aux populations, il est primordial de soutenir les populations les plus vulnérables pour qu’elles puissent s’alimenter et subvenir à leurs besoins de base.

En plus de fournir des denrées essentielles, nous avons également procédé à des transferts en argent pour certaines communautés. Les transferts monétaires permettent d’atteindre des zones difficiles d’accès, de stimuler l’économie locale afin que les communautés subviennent à leurs besoins avec autonomie et dignité.

Par ailleurs, la protection des femmes et des filles est une préoccupation constante lors de nos interventions. Nous nous assurerons de répondre à leurs besoins particuliers et de fournir, par exemple, du soutien pour les femmes à risque de subir de la violence.

Des paniers de nourriture…et de sécurité

En Iraq, à Mosul, dans le district de Niwena, Oxfam a procédé à la distribution de paniers de nourriture aux familles les plus vulnérables. Dans ces paniers, on trouvait également le numéro d’une ligne d’aide pour femmes victimes de violence. La violence envers les femmes a malheureusement augmenté pendant la pandémie. Des initiatives comme celles-ci ont eu lieu partout dans les pays d’intervention d’Oxfam afin de soutenir les femmes à risque.

Infographies_6mois_interventions_COVID

don doublé fêtes