barre

SYRIE : Survivre après 11 ans de conflit

flèche Je fais un don

Faites équipe avec nous, pour offrir une aide vitale et durable aux communautés qui en ont besoin.

La guerre en Syrie a commencé en 2011, il y a maintenant 11 ans. Pour beaucoup de gens, c’est une lutte pour survivre. En raison d’une escalade de violences, la vie de la population est extrêmement difficile. À la suite des conflits, la population syrienne est confrontée à une instabilité économique croissante et au manque de services de base, tels que les soins de santé.

générosité

Plus de 13 millions de personnes ont besoin de l’aide humanitaire

Nations Unies (2022)

maison

Plus de 6,5 millions de personnes réfugiées dans des pays voisins viennent de Syrie

Nations Unies (2021)

panneau directionnel

Presque 7 millions de personnes déplacées ont fui leur foyer vers un autre lieu en Syrie

Nations Unies (2022)

La situation humanitaire s’aggrave en Syrie

La population syrienne est confrontée à d’incroyables défis. Le pays connait la plus grande crise de personnes réfugiées et déplacées de notre époque. Cette situation difficile est aggravée par plusieurs facteurs dont:

  • les opérations militaires de grande envergure dans le nord-est
  • les déplacements massifs de population dans le nord-ouest
  • les frappes aériennes israéliennes
  • les sanctions économiques, la crise financière libanaise et la pandémie de COVID-19

Une réponse humanitaire insuffisante

Malgré la situation syrienne, l’aide humanitaire pour la Syrie a diminué. Les promesses internationales faites à la « conférence de Bruxelles sur la Syrie » de juin 2020 ne répondent pas assez aux besoins de la population.

Aujourd’hui, 12,4 millions de personnes en Syrie n’ont pas un accès suffisant à des aliments, contre 9,3 millions de personnes au début de l’année 2020, d’après le Programme alimentaire mondial. Cela représente une augmentation de 33 % du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Les services essentiels de base font largement défaut, eux aussi. L’accès à l’eau potable, l’assainissement, les soins de santé, l’éducation et les possibilités d’emploi sont très limités. Environ 90 % de la population syrienne vit sous le seuil de pauvreté, selon l’ONU.

Oxfam-Québec soutient les populations syriennes

Oxfam-Québec maintient son appui en Syrie grâce à un financement d’Affaires mondiales Canada pour une intervention dans le sud du pays, dans le gouvernorat de Deraa et dans les zones rurales aux environs de Damas.

Ce projet qui a débuté en février 2020 vise à approvisionner environ 10 000 familles en eau potable. Nos actions consistent notamment à :

robinet

Réhabiliter les systèmes d’égouts et de drainage endommagés à la suite du conflit

puits

Remettre en fonction le réseau d’aqueduc (du puits artésien en passant par les pompes, le château d’eau et le réseau de distribution)

abri

Installer des latrines et des systèmes d’assainissement

éclair

Fournir une source alternative d’électricité

sceau

Promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène et distribuer des bacs à déchets

repas

Distribuer de la nourriture aux communautés affectées

Des femmes luttent pour survivre en Syrie

Onze ans après le début du conflit, les femmes syriennes se concentrent toujours sur leur survie et celle de leur famille. Les gens sont bloqués ou s’enfoncent encore plus dans la pauvreté. Comme tant de femmes syriennes avec lesquelles Oxfam travaille, la question de savoir si elles pourront mettre assez de nourriture sur la table pour nourrir leur famille est une préoccupation quotidienne. Depuis que la guerre a éclaté dans le pays, tout a changé pour Nesreen, Lubana et Tahani.

Nesreen, 39 ans, vit avec sa famille de six personnes dans le quartier rural de Damas. Elle s’occupe de son jardin pour essayer de soutenir le régime alimentaire de sa famille. 

« Je me souviens d’un après-midi sombre, il y a cinq ans, lorsque le bruit des explosions a commencé à monter tout autour de nous. Aller me cacher dans la cave la plus proche du quartier avec mes enfants était aussi risqué que de rester dans notre maison. Je me suis dit que si nous devions mourir aujourd’hui, que ce soit ici, dans notre maison. Rien n’effacera ces souvenirs de mon cœur et de mon esprit. »

Photo : Dania Kareh / Oxfam

Lubana, 65 ans, originaire de la campagne de Damas, est une rapatriée. Elle a tout perdu pendant la guerre.

« Lorsque la guerre a éclaté, nous avons dû fuir notre ville natale et s’éloigner pendant près de cinq ans. Quand nous avons enfin eu l’occasion de rentrer chez nous, nous avons constaté que tout avait disparu.

En ces temps difficiles, nous ne pouvons nous empêcher de nous sentir brisés. Après plus de dix ans de guerre, je ne vois toujours pas la fin de nos souffrances. »

Photo : Islam Mardini / Oxfam

Tahani, 42 ans, originaire de la région rurale d’Alep, travaille dans une ferme pour subvenir aux besoins de ses six enfants.

« Lorsque la guerre a éclaté en Syrie, j’ai perdu le contact avec mon ex-mari. À ce jour, personne ne sait s’il est encore vivant ou mort. Je subviens seule aux besoins de nos six enfants.

Cette guerre bouleverse nos vies et aujourd’hui, je ne peux toujours pas m’imaginer mener à nouveau une vie normale. J’ai peur qu’un jour, il n’y ait plus rien d’autre à voir que des herbes et des feuilles. »

Photo: Islam Mardini / Oxfam

Faites un geste concret dès maintenant

robinet
25 $

J’offre un filtre à eau
pour toute une famille

repas
65 $

J’offre des repas à une famille pour une semaine

sceau
250 $

J’offre 10 trousses de survie aux communautés

Pour aller plus loin

flècheDécouvrir les pays ayant des besoins humanitaires

flècheConsulter nos projets durables à l’international

flècheFaire un don pour soutenir nos projets

Share This