pixel Facebook

Accompagner l’avancement des droits des femmes en Tunisie

Recul des droits humains en Tunisie

Deux ans après la centralisation du pouvoir entre les mains du président, la situation des droits humains en Tunisie s’est peu à peu dégradée. Alors que plusieurs réformes sociales sont en cours, et constituent une opportunité sans précédent de faire progresser les droits des femmes et des filles ainsi que de promouvoir l’égalité des genres, force est de constater que les inégalités n’ont cessé d’augmenter, aux dépens des personnes les plus démunies et marginalisées, et notamment des femmes. 

Contexte

En juillet 2022, la Tunisie a franchi une étape importante avec le vote d’une nouvelle Constitution. Ce moment historique a suscité un débat national, certains exprimant des réserves sur le processus de révision. Plusieurs organisations non gouvernementales tunisiennes ont souligné l’absence de mécanismes de responsabilité et de protection efficaces des droits humains dans le texte constitutionnel.

La société tunisienne est marquée par les inégalités de genre et les discriminations de toutes sortes exercées à l’encontre des femmes, notamment face à l’emploi. Les femmes sont pratiquement deux fois plus touchées par le chômage que les hommes et elles assument une charge de travail non rémunéré (tâches domestiques et de soins) largement supérieure. Elles sont également très nombreuses à exercer une activité dans le secteur informel (près de 45%), n’ayant souvent pas d’autre choix que d’accepter des emplois précaires, peu décents et n’offrant pas de protection sociale. Cette situation souligne l’importance cruciale de politiques inclusives et de soutien pour atténuer les difficultés économiques et promouvoir l’égalité des genres.

L’action d’Oxfam-Québec et ses partenaires en Tunisie

Le projet Voix et leadership des femmes en Tunisie, appuyé par Affaires mondiales Canada vise à renforcer les capacités organisationnelles et de défense des droits des organisations locales ainsi que d’accroître l’efficacité de leurs réseaux, afin d’améliorer l’impact sur les politiques et institutions tunisiennes.

 

  • Implication directe de plus de 15 000 personnes (dont au moins 60 % de femmes)
  • Renforcement des compétences en leadership de plus de 500 femmes et jeunes femmes
  • Plus de 1,1 million de fonds ont été attribués directement à 21 organisations et réseaux dédiés à la défense des droits des femmes, grâce aux mécanismes financiers mis en place par le projet Voix et leadership des femmes.

  • Dix organisations de défense des droits des femmes bénéficient d’un soutien technique pour le renforcement organisationnel.

Le tribunal fictif sur les féminicides

Dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), un partenaire d’Oxfam-Québec, organisera les 25 et 26 novembre 2023 à Tunis, une simulation de plaidoirie devant les tribunaux tunisiens.

Cette simulation reposera sur la base de cas fictifs inspirés de faits réels qu’ont connu les tribunaux tunisiens et qui ont été suivis par les centres d’écoute. Au cours de cette audience fictive, défileront toutes celles et ceux qui font la justice au quotidien, juges et avocat·e·s ainsi que des témoins et des membres ou ami·e·s des familles endeuillées et qui expliqueront à quel point le système a été défaillant pour protéger les victimes.

Vous pouvez suivre le tribunal fictif sur Facebook !

flèche Découvrir le programme

Rejoignez le mouvement

 Il est temps d’en finir avec les violences contre les femmes et nous avons toutes et tous le moyen d’y contribuer dans notre vie, au quotidien. En dénonçant ce phénomène, et en parlant autour de nous, sur les réseaux sociaux en public et en privé, nous avons le pouvoir de modifier les comportements et les mentalités.

Joignez-vous à la conversation et relayez le message #16jours

 

En finir avec les violences faites aux femmes et aux filles

Non aux violences

Saviez-vous qu’au moins une femme sur trois subit une forme de violence au cours de sa vie ? Cela représente plus d’un milliard de femmes dans le monde. Fléau mondial à l’ampleur méconnue, les violences faites aux femmes et aux filles ne connaissent pas de frontières géographiques ni culturelles. Toutefois, le risque est plus élevé pour les femmes pauvres ou marginalisées.

flèche Je signe le manifeste

Pour aller plus loin

flècheDécouvrir des pays ayant des besoins humanitaires

flècheConsulter nos projets durables à l’international

flècheFaire un don pour soutenir nos projets

Célébrons le mois de l'histoire des Noirs

X
Share This
Skip to content