Photo : VFX ADEN/Oxfam

La situation au Yémen expliquée en 10 points

Quatre années se sont écoulées depuis le début du conflit au Yémen. La situation des populations devient de plus en plus difficile à mesure que le conflit perdure. Voici quelques faits saillants concernant le conflit.

1. Les parties du conflit

Le conflit au Yémen oppose la coalition des pays du Golfe et le gouvernement du Yémen aux Houthis.

2. Un conflit qui dure depuis 4 ans

Le 26 mars de cette année marque le quatrième anniversaire du conflit qui a commencé en 2015. La situation au Yémen s’aggrave à mesure que le conflit perdure, et les populations vivent de terribles souffrances dans ce pays qui compte 30,5 millions d’habitants.

3. Une personne meurt toutes les huit heures

On dénombre beaucoup de morts. Trois civils sont tués chaque jour au Yémen, soit une personne toutes les huit heures.  De plus, 24,1 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire et de protection, soit 80 % de la population.

4. Augmentation de la violence fondée sur le sexe

Les incidents de violence fondée sur le sexe, incluant les viols et les agressions sexuelles, ont augmenté de 63 % depuis le début du conflit en 2015. Les femmes comptent parmi les victimes les plus touchées par le conflit.

5. Infrastructures détruites

Les hostilités ont forcé de nombreuses familles à fuir vers des zones isolées et sans infrastructures. La destruction des systèmes d’assainissement et d’approvisionnement en eau oblige les femmes et les filles à se rendre plus loin, dans des zones dangereuses, pour aller chercher de l’eau. Cela les rend encore plus vulnérables.

6. Insécurité alimentaire et malnutrition

L’insécurité alimentaire augmente à mesure que le conflit perdure. La moitié de la population au Yémen, soit 14 millions de personnes, fait face à un danger imminent de famine et 400 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition  aiguë.

7. Accès très limité aux soins de santé de base

Le conflit cause des préjudices à tous les secteurs et la situation sanitaire n’est pas épargnée :  19,7 millions de gens n’ont pas accès à des soins de santé de base et 14 millions d’entre eux en ont hautement besoin, notamment celles et ceux qui vivent dans des zones reculées.

8. Des mesures désespérées pour survivre

La crise pousse les familles à prendre des mesures desespérées pour survivre.  Le prix des denrées alimetaires a monté en flèche, tandis que les revenus des ménages sont en chute libre, rendant le coût des aliments de base inabordable pour bien des gens. Une situation qui force les familles à marier leurs filles à un très jeunes âge pour se procurer de la nourriture et un toit afin de sauver le reste de la famille.

9. Oxfam sur le terrain

Oxfam continue de répondre à la crise et a déjà porté assitance à 3 millions de personnes depuis le début du conflit. L’action d’Oxfam consiste notamment à fournir del’eau potable et des services d’assainissement, y compris dans des zones difficiles d’accès, en acheminant de l’eau par camion-citerne, en réparant les systèmes de distribution d’eau et en construisant des latrines. Oxfam soutient également les familles grâce à des programmes de travail rémunéré afin de leur fournir une source de revenus.

10. Négociations en Suède

L’aide humanitaire est essentiellement acheminée par Hodeida. Cette ville portuaire est très importante et permet l’acheminement des ressources qui permettent de répondre aux besoins essentiels du pays. Depuis les négociations de décembre 2018 en Suède, les parties en conflit ont convenu d’un cessez-le-feu dans cette ville importante, mais il n’a pas toujours été respecté, forçant encore les populations à fuir la ville portuaire. Une première phase de retrait militaire de Hodeidah a également été prévue et a débuté en février 2019. Son atteinte a été lente et on ne sait pas encore quelles en seront les conséquences.